AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Banquet du 1er Septembre 1991

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Pomona Chourave
Membre du personnel issu de Poufsouffle

Voir le profil

Rentrée 1991 - 1992
Pour Chourave, cette année ne présentait pas une rentrée scolaire comme les autres. Oh, non pas qu'il y ai eu des gros changements dans le corps professoral (rien n'avait changé par rapport à d'habitude, d'ailleurs. Deux trois changements tout au plus... Le professeur de DCFM, comme à l'accoutumée).

Cette année, c'était la rentrée scolaire du jeune Potter, qui avait vaincu Vous Savez Qui quelques années plutôt. C'était d'ailleurs plus ou moins le lot de tous les autres enseignants. Tout le monde avait un peu l'impression de cette rentrée extraordinaire, même si peu d'entre eux le disaient.

Elle était arrivée à Poudlard quelques jours auparavant, histoire d'arranger et d'organiser la serre du mieux qu'elle pouvait avant l'arrivée des élèves. Elle avait même eu le temps de planter quelques graines, histoire de prévoir au mieux l'utilisation des pousses.

La jeune femme replète avait endosser les même habits que d'habitude : Son vieux chapeau, sa cape couleur taupe, et le reste de ces vêtements assortis. Aucun des autres professeur n'avait fait quelque chose de particulier pour l’évènement, et quoi qu'il en était, l'ancienne Poufsouffle n'en voyait pas l'utilité.

Dans la salle, un joyeux brouhaha c'était élevé en attendant l'arrivée des première années. Pomona eu le temps de papoter un peu avec Flitwick avant que les portes de la grande salle s'ouvre, laissant apparaître Minerva suivie d'une ribambelle de jeunes enfants de 11 ans.

Le choixpeau entama sa chanson, qui ne laissa pas indiférente Pomona. Elle aimait à chaque fois la manière dont il traitait la noble maison des jaune et noir. Parfois, c'était juste quelques phrases, parfois un vers entier. Mais il savait trouver les mots justes.

Lorsque la répartition commença, Pomona applaudissait joyeusement tous les élèves un par un (même si, soyons honnête, ses applaudissements se firent un peu plus prononcés pour chaque élève qui se faisait répartir chez les Poufsouffles). La vielle femme était très fière de l'école dans laquelle elle enseignait. Et de voir les enfants aussi heureux d'y être intégrés lui mettait du baume au coeur.

Quand vint le tour du jeune Potter, son coeur se serra. Elle espérait sincèrement que le choixpeau prendrait la bonne décision. Pourquoi est ce que celà prenait tant de temps ? N'était -il pas digne des rouge et or, comme James et Lily avant lui ?

Quand le verdict fut donné, Pomona lâcha un petit soupir soulagé, avant d'applaudir bien fort. Et bien, quelle rentrée forte en émotions.

Elle lança un regard bienveillant à la table de ses petits protégés, se servant une tranche de rôti. Elle était certaine d'avoir fait le bon choix concernant le jeune Gabriel. Il s'épanouirait pleinement en tant que préfet, c'était certain.
Codage par Libella sur Graphiorum

Mer 3 Mai - 23:42
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Truman
avatar
Élève de Poufsouffle - Préfet(e)

Voir le profil



BANQUET SEPTEMBRE 1991

Avec tous les élèves

Septembre 1991, une nouvelle année qui s'annonçait en perspective, et quelle perspective ! Professeur Chourave lui avait offert le rôle de préfet. A la réception de son hibou, il avait été terriblement excité et aussi très fier qu'elle lui fasse confiance.

Lors du trajet pour aller à l'école, Gabriel n'avait pas rejoint le wagon réservé aux préfets, à la place il avait rejoint ses amis et se vantait pleinement de son nouveau rôle, et de l'importance "CRUCIALE" de ce rôle disait-il. Au final ses amis, rapidement agacés, l'avaient envoyé acheter des chocogrenouilles et des sucettes à la citrouille.

Il avait compris le message, et il ne retourna même pas rejoindre ses amis, préférant se goinfrer de sucreries pour se venger - avec l'argent que ses amis lui avaient donné évidemment. Il les rembourserait, mais pour l'heure, ça leur faisait une belle jambe.

L'arrivée à Poudlard se fit pourtant dans le calme, malgré le tour qu'il avait joué à ses amis. Les élèves qui ne rentraient pas à l'école pour la première fois prirent la direction des calèches. Gabriel aida le professeur Flitwick à faire le compte des élèves avec les autres préfets, et lorsque tout le monde était là, le Poufsouffle embarqua sur une calèche avec les autres préfets.

Le chemin jusqu'au château était rapide et sans plus de cérémonies, il s'installa à la table des jaunes et noirs non sans un regard vers la table des professeurs. Il réajusta son insigne de préfet lorsque les premières années entrèrent. Gabriel se moqua un peu de l'air ébahi qu'ils arboraient, mais dans son souvenir, il n'était guère mieux.

Le choixpeau chanta sa chanson si connue après cinq ans à Poudlard. Et la répartition commença. Il applaudissait avec joie lorsque de nouveaux arrivants étaient répartis chez les blaireaux, et il s'assura d'en saluer le plus possible. Mais il ne doutait pas qu'il devait en avoir oublié un ou deux (ou peut-être plus...

Le discours de début terminé, le repas et ses victuailles pouvaient enfin être dévoré ! L'année s'annonçait véritablement prometteuse !
Code by Joy

Jeu 4 Mai - 21:40
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drago Malefoy
avatar
Élève de Serpentard

Voir le profil

Banquet de la rentrée 1991
Avec toute la promotion

Lorsque Drago Malefoy foula pour la première fois la pierre glaciale de Poudlard, il se sentit triomphant. La démarche présomptueuse, il ne pouvait s'empêcher de toiser les élèves qui agrémenteraient son quotidien cette année. A ses yeux, il lui semblait évident que trois castes émergeraient inévitablement. Tout d'abord, il y aurait "sa cour", ceux qui l'admireraient pour sa prestance, son autorité naturelle, sa fortune, et bien entendu la réputation offerte par son nom. Ceux-là se plieraient en quatre pour lui, comme un domestique le ferait. D'un autre côté, il y aurait ses alliés, ceux dont la condition forcerait une estime supérieure. Et enfin, la dernière caste: la lie du monde magique. Les bons à rien. Les ratés qu'il prendrait la peine d'ignorer, ou de rabaisser à sa guise.

Son père, Lucius Malefoy, lui avait appris à bien s'entourer. C'était son modèle. Ainsi, en posant son regard anthracite perçant sur le rouquin un peu plus loin, il comprit tout de suite qu'il appartenait à cette dernière catégorie. Il n'y avait qu'à voir ses vêtements...

Probablement un Weasley, pensa-t-il avec mépris en retroussant son petit nez pointu.

Le père de celui-ci exerçait au Ministère de la Magie à un poste des plus blasphématoires. Oui, Arthur Weasley était au service des Détournements de l'Artisanat Moldu et semblait s'en passionner, un comble pour un sang pur! La situation était bien simple. Lucius Malefoy haïssait Arthur Weasley, alors Drago haïrait sa progéniture. Voilà tout.

Dans la même veine, la petite tête blonde constata qu'énormément d'élèves abasourdis semblaient découvrir avec stupeur les tableaux animés et autres sortilèges magiques comme le faux ciel étoilé au dessus de leurs têtes.

Des sang-de-bourbe, railla-t-il intérieurement.

Il ne comprenait pas comment des êtres issus de familles moldus pouvaient bénéficier d'un tel enseignement dans ces lieux. D'après son père, c'était une ignominie. Comme cette Hermione Granger que le choixpeau magique venait tout juste d'envoyer à Gryffondor, la maison des imbéciles qui agissent avant de réfléchir. Drago était certain de ne pas terminer là-bas. D'ailleurs, il savait exactement où il atterrirait: Serpentard. La maison des plus malins et des plus raffinés. Il fallait qu'il y soit pour rendre grâce à sa lignée. Son père était déjà suffisamment déçu qu'il ne soit pas allé étudier à Durmstrang après les réticences de Narcissa, sa mère. Alors si en plus il était envoyé à Poufsouffle... Non, c'était tout bonnement inenvisageable.

Du reste, lorsque le professeur McGonagall l'appela à rejoindre l'estrade, il n'eut même pas le temps de s'affaler totalement sur le tabouret que le choixpeau, effleurant à peine sa tignasse, s'écria: SERPENTARD! comme une évidence.

Conquérant, il rejoignit la table des visages les plus familiers de cette salle. Il avait croisé certains d'entre eux lors de nobles mondanités, comme Pansy Parkinson ou la jeune fille un peu plus loin qui s'appelait Gemma lui semblait-il, et d'autres, comme Vincent Crabbe et Gregory Goyle, dont les parents étaient des proches de la famille: des anciens Mangemorts.

- Harry Potter... GRYFFONDOR! hurla finalement le choixpeau, interrompant ses pensées.

C'était donc lui, "le survivant", celui qui avait réduit à néant les espoirs de sa famille de vivre dans un monde sans parasite? Il n'avait franchement rien d'impressionnant... Il n'avait même pas levé le petit doigt pour empêcher le Seigneur des Ténèbres d'accomplir sa mission. Il avait simplement eu de la chance... Sa célébrité était bien trop surcotée! Il lui montrerait qui serait le leader cette année. Oh oui!

A la fin de la répartition, les assiettes se remplirent d'un véritable festin après une annonce vaseuse du directeur, Albus Dumbledore, qui se voulait drôle. Par la suite, ce dernier entama un discours passablement ennuyeux sur le règlement et les activités à venir cette année.

Drago Malefoy sut tout de suite la nature de sa première mission.

Ici, on va me respecter, pensa-t-il, illuminant son visage d'un sourire narquois.

Codage par Libella sur Graphiorum
Personnalisé par Drago Malefoy pour HarryPotter1991
.

Sam 6 Mai - 15:30


Dernière édition par Drago Malefoy le Jeu 11 Mai - 15:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t156-memoires-de-drago-malefoy#694 En ligne
Lou Perkins
avatar
Élève de Serdaigle

Voir le profil










Banquet de la rentrée
avec toute la smala
Lou enquillait pour sa quatrième année à Poudlard avec son enthousiasme légendaire.  Le coude sur la table, la joue dans la main, les yeux vers le ciel, elle soupirait d'avance face au spectacle interminable qui se déroulait exactement de la même façon tous les ans. McGonagall, le Choixpeau, les gamins émerveillés, un beau discours, l'importance des études, tout ça, tout ça...
Barbant.

Elle voyait déjà le tableau. Les Gryffondors seraient encore embarqués dans leur gueguerre minable avec les Serpentards, ignorant les autres au passage mais ça ils s'en ficheraient pas mal, des professeurs auraient leurs mêmes petits chouchous et le reste pourrait bien se brosser, ou encore Dumbledore qui se targuerait de tout savoir sur tout le monde et, sous couvert de sagesse, persisterait à donner des conseils trop mystérieusement alambiqués pour qu'ils soient compris et suivis. Que de faux-semblant. On voulait leur faire croire quoi, que c'était la belle vie? Une chance incroyable d'étudier dans ces murs froids? Si on ne rentrait pas dans les rangs, c'était un cauchemar.

La fine Serdaigle était bien au dessus de tout ça. Elle n'appartenait à aucun clan, et choisissait soigneusement ses fréquentations. A ses yeux, cet établissement était peuplé de crétins, de fayots, et de fachos. Trois maigres catégories qui l'avaient lassée depuis bien longtemps déjà. En définitive, elle en était arrivée à la triste conclusion qu'elle se suffisait à elle-même. Sa vision allait-elle changer cette année? Elle en doutait.

C'était reparti pour un tour.

Codage par Libella sur Graphiorum
Personnalisé par Lou Perkins pour HarryPotter1991

Jeu 11 Mai - 14:56


Dernière édition par Lou Perkins le Jeu 18 Mai - 18:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t187-ratures-de-lou-perkins En ligne
Invité

Voir le profil

Uniforme. Une drôle de tradition pour une école qui prônait le développement individuel et érigeait la différence en richesse. La robe de sorcier pointait précisément l'indifférence dans cette masse d'élèves assis à leur table respective et au sein du groupe s'avançant à pas petits au centre de la Grande Salle. Theodore Nott marchait lentement, la tête penchée sur les pans de son vêtement qu'il faisait virevolter de dépit. Il réfléchissait au moyen d'en refaire la coupe pour le faire ressembler le moins possible à une robe. Peut-être en confectionnant une sorte de queue-de-pie ?

Theodore n'écouta pas plus que tout à l'heure les instructions du Professeur McGonagall qui attrapa le Choixpeau par la pointe pour illustrer ses propos. Tout cela était une formalité banale pour lui : chacun des membres de sa famille était allé à Serpentard et ce depuis tant de générations qu'on doutait même qu'il existât ne serait-ce qu'une infime probabilité qu'un Nott fût réparti autre part. La pureté du sang ne saurait mentir.

La partie de l'esprit de Salazar Serpentard et des autres Fondateurs qui persistait dans ce chapeau rendait l'étoffe d'une rareté unique et précieuse. Les Nott s'intéressaient depuis toujours aux fondements de la magie et les objets de cet acabit attiraient vivement leur curiosité. Tandis que la longue liste des élèves défilait avant lui, Theodore se demanda où le Choixpeau pouvait bien être conservé quand il ne servait pas. Il était certain que son père adorerait qu'il lui racontât les conversations qu'il avait entendues depuis des siècles de service durant à l'école de sorcellerie. Si aucun professeur n'accepterait de l'y conduire, Theodore tâcherait de le retrouver par ses propres moyens.

Le flegme qu'il affichait habituellement se fissura un peu quand tous les regards se posèrent sur lui. Enfilant le Choixpeau, Theodore se rappela de la maîtrise de la Legilimancie de ce dernier et déglutit. S'il trouvait le don de lire dans les pensées des autres vraiment extraordinaire, il se gardait bien d'apprécier qu'on lût dans les siennes.

« Je sais parler, aussi. »

Les poils de sa nuque se hérissèrent. C'était une sensation désagréable, pleine de mystères historiques et psychologiques, mais aussi une expérience magique hors normes. La réponse à sa pensée lui fit se poser encore plus de questions qu'il n'eut pas le loisir de formuler car le Choixpeau s'écria « SERPENTARD ! ».

Theodore reposa le chapeau avec douceur sur le tabouret et partit de sa démarche posée et altière rejoindre la table correspondante.

Tout se passait comme il l'avait calculé, sans surprise ni méprise.

Mer 17 Mai - 21:05
Revenir en haut Aller en bas
Rose Brown
avatar
Élève de Poufsouffle

Voir le profil


Banquet de rentrée 1991

Les vacances avaient été longues et ennuyeuses, j'avais passé l'été chez maman alors, forcément, pas de camarades ni d'amis à l'horizon. Fatalement le jour de la rentrée était pour moi synonyme de vie sociale agrémentée d'un bon banquet pour commencer l'année !

Dès le début du trajet, les choses avaient commencé à s'intensifier. J'avais rejoint un groupe de Poufsouffles de tous âges et nous nous étions réunis dans un compartiment du Poudlard Express, comme l'année passée. Il faisait bon et nous avions passé notre temps à nous empiffrer de sucreries en tous genres en racontant nos vacances.

Une fois que le train fut arrivé à destination, comme tous les élèves qui ne rentraient pas à l'école pour la première fois, je pris la direction des calèches. Cette fois-ci, j'étais assise à côté d'une Serdaigle en manque de joie de vivre et de quelconque motivation et de Lyra Connor de chez les rouges et or. Nous étions semblait-il, répartis en fonction de notre niveau d'études.

Le chemin jusqu'au château avait été rapide celui-ci. J'avais eu le temps de m'installer à la table des Poufsouffles et de lancer quelques regards vers la table des professeurs et de remarquer le professeur Chourave discutant avec Flitwick d'un sujet qui semblait les intéresser grandement.

Tout-à-coup le brouhaha qui s'était installé depuis une quinzaine de minutes se dissipa lorsque le professeur McGonagall fit son apparition avec une ribambelle de jeunes sorciers derrière elle, attirant toute l'attention sur eux. Bien sûr, tous avaient l'air particulièrement perdus et ébahis, ce qui ne manqua pas de me faire sourire

Le Choixpeau Magique fut déposé sur son tabouret et il commença à chanter. Puis la répartition commença. A chaque nouveau nom réparti chez les blaireaux, je tentais d'applaudir et de hurler le plus possible. J'avais d'ailleurs pris le temps de mémoriser les noms de certains répartis ailleurs, Serpentard notamment, le genre qu'on a pas vraiment envie de croiser tous les jours.

Vint le tour du jeune Potter, celui qui avait vaincu Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom il y a quelques années de cela. Evidemment, j'étais trop jeune lorsque c'est arrivé pour m'en souvenir, mais maman m'avait tout raconté en détails et Harry était loin d'être méconnu. Sa répartition avait pris du temps mais il se fit finalement répartir chez Gryffondor comme ses parents avant lui.

Le discours de Dumbledore à présent terminé le banquet pouvait enfin commencer, et ma quatrième année à Poudlard avec !

Codage par Libella sur Graphiorum

Jeu 18 Mai - 18:41
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t203-rose-brown
Invité

Voir le profil


Banquet du 1er Septembre 1991

ft. everybody !

Les vacances d'été étaient à présent terminées. Fini les promenades avec Shadow, fini la bronzette au soleil, fini la grasse matinée. Bonjour les fantômes, bonjour les devoirs et bonjour l'Astronomie ! Les vacances de Lyra s'étaient déroulées tranquillement, elle en avait bien profité. Elle eut même la chance de pouvoir accompagner ses parents pendant une semaine - ce qui fut bien court - en Asie. Elle découvrit une cuisine différente, des paysages différents et des modes de vie différents des moldus de par chez elle. En plus des photos, ce voyage allait rester gravé dans sa mémoire. Le plus difficile au retour n'avait pas été de s'éloigner de ses parents à nouveau, ça elle en avait que trop l'habitude, tellement qu'elle le percevait comme un fait «  normal » ; ce qui l'avait attristé était bel et bien la fin de son séjour. Comme à leur habitude, ses parents étaient surbookés et ni eux ni ses grand-parents n'étaient d'accord pour qu'elle poursuive son excursion seule malgré son identité sorcière. Enfin au moins elle avait retrouvé son chien et son chat. Le pincement qu'elle avait ressenti à l'idée de les quitter quelques jours avait d'ailleurs été bien plus important que celui éprouvé au moment de dire « à bientôt » à ses parents alors que le délai allait être bien plus long.

Alors que l'Automne approchait à grand pas, une nouvelle année allait débuter à Poudlard. Qui dit nouvelle année dit nouveaux élèves et fin d'études secondaires pour d'autres. Lyra, elle, entamait sa quatrième année, mais elle se souvenait de la première fois qu'elle avait franchi ces murs comme si c'était hier. Un sourire collé aux lèvres, elle attendait sagement que le Poudlard Express arrive à destination, ses yeux rivés sur la nature que traversait la locomotive, tandis que ses amis présents dans son compartiment discutaient. Lorsque le train s'arrêta, elle aperçut Hagrid sur les quais, attendant les élèves, en particulier les première-années qui n'avaient encore aucun repère. Lyra descendit tranquillement, elle connaissait le chemin pour parvenir au château et il n'allait pas s'envoler alors pourquoi se presser ? C'est sûr qu'il y a trois ans, elle avait bondi hors de la voiture de chemin de fer afin d'être l'une des premières à franchir les remparts de l'immense château. Pourtant, sa hâte de retourner en ces lieux était la même aujourd'hui, mais elle les connaissait maintenant trop bien.

Elle contourna le petit attroupement composé des plus jeunes élèves et adressa un hochement de tête à Hagrid pour le saluer. Il le lui rendit et tenta d'imposer le silence aux nouveaux pour leur fournir quelques explications. La Gryffondor sourit, amusée, et se dirigea vers les diligences. Les nouveaux arriveraient un peu plus tard, le trajet en barque nécessitant davantage de temps, conjugué aux informations transmises. Lyra avait eu du mal à rester en place après être entrée dans la barque tellement elle se sentait entourée par la magie de ces lieux. Les lumières du château flamboyaient dans les ténèbres de la nuit. La vision à laquelle elle avait eu droit ce jour-là était digne des plus belles cartes postales du monde. Elle enviait un peu les première-années, car le chemin emprunté par les diligences était parsemé d'arbres et les lumières peinaient à percer les feuillages. Elle ne s'apercevrait de la vie de Poudlard que lorsqu'elle serait arrivée à hauteur du château et forcément de près ce serait moins impressionnant.

En entrant dans le château après s'être éloignée de ses camarades de diligence, une Serdaigle et Rose Brown de Poufsouffle, elle arrêta malgré tout son regard sur les tableaux et les diverses décorations qui s'étalaient devant ses yeux. Elle poussa un soupir de satisfaction ; oui elle était contente d'être là, de retrouver ses amis, de poursuivre son apprentissage en magie. Fallait-il trouver d'autres raisons à ce bien-être ? Il est des choses qu'on ne parvient pas à expliquer. Pourquoi on aime tel loisir et pas tel autre, on ne se l'explique pas forcément. Peut-être ce château dégageait une aura apaisante, après tout il s'agissait d'une école de magie, mais il fallait être suffisamment à l'écoute de son environnement pour pouvoir la capter. On ne pouvait qu'émettre des hypothèses et qu'importe, pourquoi toujours vouloir chercher des explications aux phénomènes ? Cela détruit la magie qui en émane, justement.

Une tape amicale à l'épaule sortit Lyra de ses pensées. Elle sourit à l'auteur de ce geste et suivit le groupe d'élèves vers la Grande Salle. Plus les élèves se rapprochaient de la pièce plus le brouhaha devint important. Bientôt, les odeurs viendraient se mêler à l'agitation verbale. L'estomac de la demoiselle gronda, alléché par la pensée de ces multiples parfums plus ou moins sucrés, plus ou moins épicés. En arrivant dans la Grande Salle, le regard de Lyra se balada en premier lieu vers la table des professeurs, qu'elle détailla un à un. Tous semblaient présents hormis le professeur McGonagall qu'elle avait aperçu dehors. Elle chercha une place à la table de sa maison, saluant ses camarades déjà installés et ceux qui arrivaient. L'éclat lumineux que dégageait la salle contrastait avec la lumière tamisée du reste du château. L'ambiance y était chaleureuse, tandis qu'en se promenant seul dans les couloirs, elle aurait plutôt eu tendance à être inquiétante.

Bientôt la professeur de Métamorphose débarqua avec les derniers élèves arrivés ici, dans tous les sens du terme. La Gryffondor suivit la troupe du regard, sachant que la répartition allait bientôt commencer. Tant mieux ! Plus vite ce serait passé, plus vite elle pourrait se jeter sur les victuailles qui s'offriraient sous peu à ses yeux. En une seconde, ce fut le silence absolu. Un silence respectueux, destiné au Choixpeau qui entamait sa fameuse rengaine. Enfin, un premier nom fut appelé. Et le Choixpeau prit une décision qui influencerait probablement la vie à l'école de l'élève concerné pour les sept prochaines années. Les autres noms défilèrent ensuite et Lyra prêta attention à chaque individu, applaudissant chaque recrue à l'instar de ses camarades. Il y en a un qui sortait du lot cette année, le fameux Harry Potter. Celui qui a survécu. Quelle surprise ! À le voir comme ça, il n'avait pas l'air d'un Hercule. Plutôt maigrichon, un teint pâle. Rien ne le prédestinant à être un excellent sorcier. Mais l'adolescente ne jugeait pas sur le physique. Un air confiant n'assurera pas l'élite et une mine craintive ne rimera pas avec soumission. Tout résidait dans les choix, la persévérance. Peut-être une part de destin également certes. Le jeune Potter fut finalement envoyé à Gryffondor, après avoir marmonné quelques mots inaudibles à la place où se trouvait Lyra.

Lorsque tous les élèves furent répartis dans la maison leur correspondant le mieux, le directeur de Poudlard, Albus Dumbledore, se leva et souhaita la bienvenue aux élèves. La plupart des élèves applaudirent et des sifflements résonnèrent par-ci par-là dans la salle. Les plats se remplirent enfin et immédiatement des effluves de différentes natures se propageaient dans la pièce. Les yeux de Lyra se mirent à briller. Elle se frotta les mains et se lança à la recherche de ce qui l'intéressait en s'écriant « Bon appétit ! » . Son assiette se composa finalement de frites, de carottes et autres légumes et de gratin. En dessert, elle opta pour une copieux beignet. Durant le repas, elle avait discuté avec ses camarades de maison assis près d'elle, abordant le sujet des vacances, puis des cours à venir, moins réjouissant pour certains. Repue, elle se laissa tomber en arrière de sa chaise et plaça la main sur son ventre. Cela faisait un moment qu'elle n'avait pas autant mangé !

Au fur et à mesure que l'heure avançait, les discussions se firent plus discrètes, suggérant que la fatigue du voyage commençait à se faire sentir. Elles s'arrêtèrent à l'instant même où Albus commença son discours de début d'année. Lyra l'écouta avec attention. Bien entendu, il commença par énoncer les fameuses règles dont tout le monde avait le droit chaque année. La Gryffondor leva légèrement les yeux au ciel. « Interdit de faire de la magie dans les couloirs entre les cours ? » , il n'était pas rare ceux qui enfreignaient cette règle et régulièrement la demoiselle en faisait parti. La seconde partie du discours l'intéressa davantage ; il informait que les sélections des joueurs de Quidditch se déroulerait au cours de la deuxième semaine. L'adolescente sourit, prête à se remettre à l'entraînement et à choisir les meilleurs équipiers. Tandis qu'elle rêvassait au prochain match, l'écoute distraite de ses oreilles ramena son attention sur terre.

« Je dois vous avertir que cette année, l'accès au couloir du troisième étage est formellement interdit, à moins que vous ne teniez absolument à mourir dans d'atroces souffrances. » put-elle percevoir.

Intriguée, elle dirigea son regard vers le vieil homme et bientôt une mine interrogative se dessina sur son visage. « Tiens donc... » pensa-t-elle. « Que peut-il bien avoir dans l'aile droite... » . Une idée derrière la tête, elle la secoua pour s'en débarrasser, au moins le temps de la tirade. Le directeur enchaîna ensuite sur la sortie prévue à Pré-au-Lard, le troisième week-end de Septembre. Fort heureusement, elle avait l'autorisation de ses tuteurs, alias ses grand-parents. Elle aimait beaucoup s'y rendre, il y avait de nombreux magasins à visiter et d'autres lieux sympathiques où poser ses pieds. Enfin, le sorcier conclut par un mot sur le Tournoi des Sorciers, où quatre élèves représentant les différentes maisons s'affronteraient lors d'épreuves. Lyra n'était pas concernée. Finalement, tous les élèves furent invités à rejoindre leur dortoir pour une bonne nuit de sommeil, afin d'être réactifs pour les premiers cours du lendemain. Par groupe, les élèves se levaient et sortaient de la Grande Salle, tandis que les première-années se tenaient près du préfet de leur maison afin de mémoriser le lieu de leur Salle Commune ainsi que le mot de passe en permettant l'accès. Sans s'en soucier, Lyra prit la direction de sa Salle Commune en compagnie d'amis et une fois parvenue à celle-ci, elle se prépara pour aller se coucher. Cookies était déjà confortablement couché sur son lit, n'ayant perdu aucun de ses repères. Elle passa délicatement sa main dans son doux pelage.

« Tu es content d'être revenu toi aussi, hein ? » lui murmura-t-elle gentiment.

Le chat miaula en guise de réponse. Lyra sourit puis entra sous la couverture. Le sommeil ne mit que quelques minutes à arriver.

Codage par Libella sur Graphiorum

Mer 24 Mai - 12:11
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Voir le profil

1er Septembre 1991, la nuit tombe, peut-être la plus merveilleuse et stressante journée de ma vie ; après tous ces événements, je crois que le meilleur reste l'obtention de ma merveilleuse baguette.
Je pense, que les surprises ne sont pas finies, dans quelques minutes, je serais réparti dans une des 4 maisons de Poudlard : Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard. Je me rappelle encore ce que me racontaient mes parents sur ces maisons, chacune ont des attributs différents, mais cessons là les pensées enivrantes, l'heure est venue.

Me voilà, à franchir la porte de la Grande salle pour la première fois, nous sommes accompagné(e)s par une dame, plutôt âgée, mais assez charismatique, le professeur McGonagall qui est la sous-directrice de poudlard et directrice de la maison Gryffondor. Tous les regards sont tournés vers nous, les "nouveaux" encore orphelins pour l'instant, je pense, sans vouloir l'avancer que je ne suis pas le seul à faire dans mes sous-vêtements à la vue de tous ces gens avec le regard braqué sur nous. Plus j'avance plus j'ai hâte et plus je suis anxieux ; devant nous, sur un tabouret, est posé un vieux chapeau magique, si je me rappelle, c'est ce chapeau appelé "Choixpeau" qui va répartir chacun d'entre nous dans les maisons qui correspondent avec nos personnalités... Ou nos envies.

"J'y suis, enfin, nous y sommes, je suis à pas moins de 1 mètre 33 de choixpeau magique... Mais imagine,
si jamais par un accident magique, je deviens chauve, OU PIRE, je perds mon intelligence quand il sera sur ma tête ?
Il faut que j'arrête, c'est un coup à devenir tachycarde ça.
"

Un à un, les élèves sont appelés à se coiffer du choixpeau, scellant ainsi leur avenir, ce doit être le moment le plus angoissant dans une vie, seule ou seul devant tous, des regards braqués sur un groupe d'élève, ça passe, mais tous sur une seule personne... Comment ne pas se sentir seul(e) au monde ?
Le temps me parait bien long quand j'ignore quand je vais être appelé, très long.

"BALTAZAR, Ludwic"

"Bonté divine, c'est moi ? Oui, je crois, je suis Ludwic, mais je suis également Baltazar aussi, les deux ensembles ça ne m'est pas inconnu alors ce doit être moi-même personnellement... À moins que j'ai été échangé à la naissance,
peut-être que ce Ludwic Baltazar c'est quelqu'un d'autre dans ce groupe, je m'appelle peut-être Albert Pitrounelles, fermier moldu dans la campagne française. Allez, respire Ludwic, le moment est venu, en avant Guingamp !
"

Je crois, que c'est la première fois, depuis ma naissance que l'émotion explose dans ma tête, heureusement, je sais me canaliser et faire bonne figure. J'avance d'un pas déterminé face au choixpeau, déposé sur un tabouret, je me retourne face aux autres et je m'installe sur le tabouret où on place le choixpeau sur ma tête.

"Bien, oui, je vois... et cette mémoire, très interessant. Beaucoup de curiosité, de calme et assez de sagesse pour être à... SERDAIGLE !"

En moins d'une seconde, j'entends et vois la tablée des Serdaigles applaudir et crier comme pour ceux qui m'ont précédé sur ce tabouret... Ça y est, mon stress s'en est allé, je saute du tabouret et me rue à la table des Serdaigle, ma nouvelles demeure.
Alors que la cérémonie se poursuit, je ne peux m'empêcher d'avoir une faim atroce, vivement que ça se termine, j'ai hâte de manger.
En attendant accueillons les nouveaux oisillons comme il se doit... belle phrase venant d'un nouveau.

Dim 4 Juin - 8:32
Revenir en haut Aller en bas
Ron Weasley
avatar
Élève de Gryffondor

Voir le profil

Banquet du début d'année
feat. Ron et les autres
Enfin, Ron était enfin à Poudlard ! C'était un rêve qui se réalisait pour le jeune Weasley. Oh bien sûr, il ne connaissait pas encore tous les recoins du château, malgré que Fred et George y étudiaient aussi et que Percy était préfet. Mais il avait tout le temps pour ça. Pour le moment, il devait se concentrer pour aller dans la bonne maison, comme ses camarades avant lui. Pour cela, le jeune garçon se trouvait dans la grande salle de Poudlard pour la répartition des premières années. Stressé, Ron ne savait plus ou se mettre ni quoi dire quand il entendit son nom. Il s'avança vers l'estrade, prit place sur le tabouret et McGonagall lui mit le choixpeau sur la tête. Il espérait ne pas finir à Serpentard, ça serait une catastrophe non seulement pour lui, mais aussi pour sa famille.

Encore un Weasley à ce que je vois. Comme s'il n'y en avait pas assez, déjà, au château... Je vois de grandes qualités en toi... Moui... Le mieux est de t'envoyer à... GRYFFONDOR !

Les applaudissements se firent entendre dans tout le château et Ron alla rejoindre ses camarades de maison. Harry et Hermione y étaient également, ce qui le soulagea. Il n'aurait pas pu imaginer un seul instant, être séparé d'eux, même cinq minutes... Après les répartitions, le professeur et directeur de l'école, Albus Dumbledore, avait fait place au banquet du début d'année. Ron mourrait de faim, comme la plupart de ses camarades et professeurs. Le directeur leur disait qu'il était formellement interdit d'aller dans la forêt s'ils ne voulaient pas mourir dans d'atroces souffrances. Euh... Merci, mais l'adolescent n'y tient pas, il tient à sa vie tout de même ! Et de toute façon, il ne lui viendrait jamais à l'esprit d'aller là-bas non plus... Faudrait être complètement cinglé pour faire une chose pareille ! La seule chose qui rassurait l'adolescent, était d'avoir ses frères à Poudlard. Il contempla les nombreux plats à disposition sur la table et se servit une cuisse de poulet ainsi que des pommes de terre bien cuites.

Je meurs de faim ! Bon appétit !

Disait-il à Harry et Hermione. Il ne changera jamais, il fallait qu'il le calme haut et fort, qu'il avait faim, juste pour se montrer intéressant... Ron regardait la table des serpentard et forcément, Malefoy ne s'était pas retenu pour lui faire une sale grimace. Personnellement, le Gryffondor s'en moquait pas mal, du moment qu'il savourait ce qu'il y avait dans son assiette. Quels cours aurait-il le lendemain ? Il n'en savait strictement rien et préféra ne pas y penser. Harry aussi avait faim, visiblement. Quant à Hermione, elle semblait préoccupée, par quoi ? Aucune idée, mais en tout cas, il était bien trop occupé de son côté pour s'y intéresser. Son rat ? Oh, il était dans le dortoir, sur le lit de son maître, sagement endormi. Quelques heures plus tard, après s'être bien rempli la panse et bien bu (du jus de citrouille), trop jeune pour boire de l'alcool. C'était quoi le programme après ? Il se le demandait bien tiens... Ron commençait à avoir un peu sommeil, pas étonnant avec tout le chemin qu'il avait fait pour venir ici... Cependant, il se sentait bien ici. Au moins, il pourra étudier dans le calme, ou pas d'ailleurs. Les amis du rouquin commencèrent également a bailler. Vivement qu'il soit dans son lit...
© Gasmask    

Jeu 15 Juin - 20:26


Dernière édition par Ron Weasley le Sam 24 Juin - 14:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Voir le profil


Banquet du 1er Septembre 1991

Une Occasion De Se Goinfrer



Quel jour formidable. C'était la deuxième fois que Stella vivait le jour si spécial de la rentrée de Poudlard. Des banquets somptueux, des tables chargées de tout types de nourriture. De nouvelles têtes qui avaient remplacées les anciennes. Stella n'était plus la petite fille sur qui portait toute l'attention lors de la séléction de le maison par le Choixpeau. Ce moment si stressant et redouté pour les élèves qui connaissent un peu l'histoire de la magie. Une façon de savoir quelles sont nos qualités les plus enfouies. Stella se rappelait de sa première année dans le château. Elle se rappelait aussi avoir été surprise d'avoir été placée à Serdaigle sachant que sa mère, elle, faisait partie de la maison de Poufsouffle lors de sa jeunesse. Mais Stella était ravie. Une maison si glorieuse, qui réunit des élèves intelligents et studieux. C'est un moment sacré et déterminant pour chaque élève.

Hmm... Une jeune fille interessante au caractère bien trempé. Je vois des facilitées mais aussi un désir d'aider les autres. As-tu réellement la tête pour... Je vais t'envoyer à
SERDAIGLE

Sa nouvelle maison se mit debout et applaudit alors la jeune sorcière qui rejoignit fièrement un siège aux côtés de sa nouvelle famille. Elle n'était pas la première à passer et se mit à parler avec d'autres élèves. Les plus grands la conseillèrent. Tous paraissaient chaleureux et bienveillants, les nouveaux arrivés étaient un peu la relève, et cela doit être interessant de savoir quelles vont être les prochaines générations.

Cette année-ci marquait l'arrivée d'un jeune sorcier bien célèbre. Mr Harry Potter, un jeune sorcier qui selon ce que l'on raconte aurait vaincu Vous-savez-qui... Passionnée de ragots et de petits potins, Stella ésperait bien que ce jeune sorcier prometteur offrirait son talent au service de la maison de Rowena. Le choixpeau fût mis sur sa tête, la tension resta palpable comme si toutes les maisons voulaient se l'arracher. Le choixpeau sembla hésiter quelques instants. Avant de lancer...

GRYFFONDOR !

Á la fin du "placement" des élèves de leurs maisons respectives, Stella fut bien contente de pouvoir déguster ses plats préférés ! Du pudding, comme d'habitude, Stella ne put s'arrêter de manger et plus rien ne pouvait attirer son attention, elle était plongée dans son assiette et ne comptait pas en laisser une seule miette. Elle prit soin de cacher dans sa robe quelques cuisses de poulets pour plus tard...

"Sir Moustache, j'ai pensé à vous ne vous en faites pas..."

Codage par Lou Perkins


Mar 20 Juin - 20:49
Revenir en haut Aller en bas
Rosalind Fawley
avatar
Élève de Serpentard

Voir le profil


Banquet du 1er Septembre





Le brouhaha ambiant enveloppait Rosalind comme un chaud liquide dans lequel elle se sentait évoluer avec aisance. Jamais elle ne s'était retrouvée dans une foule si dense de jeunes gens. Son enfance, somme toute plutôt solitaire dans les collines et les landes de Thornton ne l'avait pas accoutumée à tant de présences. Les rares moments de société à proprement parler qu'elle avait connus jusque là, occasions auxquelles elle se préparait longtemps à l'avance et avec une impatience mal contenue, étaient les banquets, ou réceptions donnés par le cercle d'amis et connaissances de ses parents: les rassemblements festifs et raffinés des familles de Sang-Pur. Mais cet instant présent dépassait le champ de son expérience. Tant de voix, de regards, de gestes esquissés puis abandonnés, de rires, de soupirs, qui tous exprimaient l'excitation mais aussi une intense nervosité. Perméable à ce qu'elle ressentait autour d'elle, elle en observait les symptômes sur ses avant-bras, hérissés de chair de poule. Elle adorait cette sensation.

Étonnamment peu loquace depuis qu'elle avait quittée ses parents sur le quai 9 3/4, elle avait traversée cette journée comme un songe éveillé. Trop attachée à observer tout ce qui apparaissait, même de manière fugace, dans son champ de vision, elle n'avait même pas pensé à amorcer un quelconque dialogue. Ses -elle en prenait soudainement conscience- futurs... enfin... disons "pairs" pour le moment, passant de wagon en wagon, prenant la pose dans l'encadrure des portes ou se recroquevillant sur le bout d'une banquette avaient d'abord occupé toute son attention. Puis les images de la campagne anglaise défilant derrière la vitre, les reflets des torches dans l'eau du lac, et enfin, enfin, la merveilleuse vision du château de Poudlard se dessinant dans la nuit. Son imagination s'était enflammée. Toutes les fables, tous les combats épiques, les sérénades, les couronnements, et surtout les bals princiers qu'elle se jouait à elle-même encore et encore, dans sa chambre, le grand-salon ou même le verger de la demeure Fawley, toutes ces histoires imaginées depuis qu'elle était petite, elle se les était représentées dans cet exact château. Son rêve se dressait devant elle, en pierre, verre et lumière.

A présent dans la Grande Salle de Poudlard, entourée, voire pressée d'une foule d'élèves de Première Année comme elle, Rosalind sentait croître la tension. Albus Dumbledore avait prononcé quelques mots, sans aucun sens, du moins pour elle, qui avait fait ricaner quelques uns de ses condisciples. Pour sa part, la grandeur du moment méritait un discours plus épique, ou au moins plus solennel. Leur entrée à Poudlard était tout de même un événement qui allait changer leurs vies à jamais! La professeure... ah, oui, McGonagall, se tenait désormais devant l'estrade à l'autre bout de la salle, tenant à la main le très célèbre Choixpeau magique, une espèce de loque en tissu marron qui fit froncer le petit nez de Rosalind, et de l'autre, une liste d'appel. Après un genre de poème chanté d'une voix croassante par le couvre-chef, la sorcière aux cheveux gris et à la posture irréprochable, appela l'un après l'autre les noms des apprentis sorciers soudain très silencieux.

-César Abbot!

Sang-Pur. Réflexe. En bonne Sang-Pure et élevée comme telle, elle connaissait toute la généalogie des vieilles familles de sorciers sur le bout des doigts. Mais elle ne se souvenait pas d'avoir jamais croisé un Abbot. Rosalind se dressa sur la pointe des pieds pour voir un jeune garçon aux cheveux bouclés, et à ce qu'elle pouvait en juger, sans grande grâce, se diriger vers le Choixpeau.
*Hum, toi tu dois être un...*

-POUFSOUFFLE!

Sans surprise. Jubilant d'avoir vu juste, Rosalind se prit au jeu et détailla d'un œil avide les élèves proches d'elle afin d'établir des pronostics sur les futures Maisons des uns et des autres. Un nom résonna soudain, qui retînt son attention.

-Persei Black!

Ah, enfin quelqu'un qu'elle avait aperçue deux ou trois fois ces dernières années, elle devait l'avoir vue à un dîner donné par les Selwynn, ou était-ce les Parkinson? Quoiqu'il en soit, elle n'avait encore jamais eu l'occasion de lier connaissance avec elle.

-SERPENTARD!

Pas étonnant, à part une exception notoire qui avait fait scandale, tous les Black étaient passés par Serpentard, d'aussi loin qu'on s'en souvienne. Quant aux Fawley... Les Fawley comptaient principalement de grands Serpentards, quelques Serdaigles, dont sa grand-mère, et sa mère, descendante d'une branche des Rosier, ne lui avait que très peu parlé de Poudlard sinon pour évoquer avec fierté son appartenance aux Serpentards. Il devait bien y avoir aussi un ou deux Griffondors cachés dans les replis de son arbre généalogique.

Une vague de panique envahit soudainement Rosalind. Avec effroi, elle constata que des patronymes commençant par la lettre B, la professeure était désormais passée au C, puis au D, et que le nom de Fawley, le sien, serait bientôt appelé, et que, nom d'un hyppogriffe puant, elle ne s'était pas encore posée la question de sa future maison, à elle! Elle avait toujours pensé... non, en fait, elle n'y avait jamais vraiment pensé. Elle avait toujours imaginé ses études brillantes, sa cour de camarades, ses amitiés éblouissantes mais elle ne s'était jamais concrètement représentée dans une des quatre Maisons. Elle ne mesurait que maintenant les implications qu'auraient cette répartition. Comment avait-elle pu être aussi insouciante? D'accord, ce n'était pas à elle de décider, mais si le Choixpeau l'envoyait dans la mauvaise Maison... Griffondor avait son lot de sorciers héroïques, ce que Rosalind respectait, mais trouvait que leur attitude, ce que confirmait d'ailleurs le chahut provenant à cet instant de leur table, manquait cruellement de classe et d'élégance. Les Poufsouffles...

-Rosalind Fawley!

*Ah, non pas Poufsouffle.* Oui, la loyauté était une qualité qu'elle trouvait, en soi, noble et belle, mais ça ne ferait jamais le poids face à la froide déception d'Arthéna Fawley, sa mère. Et puis, ça manquait d'audace... Non?

Rosalind se redressa. D'une légère pression de la main sur les épaules des élèves placés devant elle, elle signifia, sans véritable force mais avec fermeté, qu'il leur fallait lui dégager le passage. Elle amorça quelques pas, vers l'estrade qui faisait face au groupe des premières années. Elle eut alors le souvenir de la main de sa mère dans son dos, une main qui dispensait peu de caresses, mais qui était en revanche prodigue de corrections en ce qui concernait le maintien de sa fille. "Tiens-toi droite, jeune fille!", entendit-elle souffler dans sa tête, "Si tu n'as de Fawley que le nom, tu ne mérites pas de le porter." Colonne élancée, menton relevé mais sans ostentation, plexus ouvert, bras balançant avec grâce le mouvement des jambes, Rosalind traversa la distance qui la séparait du tabouret, placé devant la professeure au chignon gris. Toute son énergie et sa concentration étaient mobilisées afin de masquer sa panique grandissante et maintenir l'image de jeune fille de bonne famille qu'on lui avait appris à arborer en toutes circonstances. C'est dans ces années d'éducation qu'elle puisa encore la force d'adresser un sourire qu'elle voulait charmant au professeur McGonagall, et de prendre place sur le siège dans un mouvement élégant. L'instant d'après, le Choixpeau recouvrait ses boucles blondes, descendant jusqu'à ses sourcils. Elle sentit une présence s'immiscer dans ses pensées. Tétanisée, elle ne bougeait plus, attendant le verdict, complètement déboussolée et paniquée par ce qui allait suivre cette cérémonie, n'en ayant jamais imaginé l'issue. Un long temps passa. Un très long temps.

-Fawley, dites-vous... Et malgré tout, je vois là une personnalité... comment dire, transversale, oui c'est le mot qui s'en approche le plus. Vous êtes Chapeauflou, Miss Fawley! Je ne vois aucune incompatibilité à vous placer dans l'une ou l'autre des Maisons. Rien ne me dit que vous n'y seriez pas heureuse...

Le Choixpeau ajouta également, après un petit rire teinté de sarcasme.

-... Et rien ne me dit non plus que vous n'y seriez pas malheureuse. Ne reste qu'une façon de vous répartir sans avoir recours au hasard.

Rosalind se raidit.

-Le Choix. Alors? Qu'en dites-vous Miss Fawley? Griffondor, Sedaigle, Poufsouffle ou Serpentard: auquel de ces grands sorciers associerez-vous votre nom?

A toute vitesse, l'esprit de Rosalind se mit en mouvement. Elle repassait les divers arguments qui lui venaient en tête, quand l'image de sa grand-mère, qu'elle adorait, s'imposât à elle. Entourée de ses livres, toujours vive, et lui racontant ses anciennes expéditions d'archéologie magique. Rosalind s'imaginât à son tour passant des heures dans les plus belles bibliothèques du monde, étudiant des quantités de vieux grimoires traitant des sujets les plus divers. Son regard se porta sur la table des Serdaigles. L'atmosphère qui s'en dégageait était agréable et lumineuse. Elle inspira, s'apprêtant à communiquer sa décision au Choixpeau, quand quelque chose attira son attention vers la droite, quelque chose comme un scintillement ou un éclat. Elle repéra la boucle d'oreille en argent d'un des élèves plus âgés assis à la table des Serpentards, perçut le rire qu'un de ses mots d'esprit avait dû déclencher auprès de ses camarades. Sa vision de la table s'élargit. Elle vit la façon qu'avaient de bouger les garçons et les filles qui y étaient assis, la fluidité de leurs gestes, la malice de leur regard, leur assurance, leur morgue. En un mot, leur panache. Le début d'un sourire de connivence naquit sur ses lèvres.

-Je vois. Alors, qu'il en soit ainsi.

-SERPENTARD!


Vivement, Rosalind se leva, rendit le Choixpeau, et marcha d'un pas alerte vers la table de sa nouvelle Maison, sous les applaudissements chaleureux des Serpentards. Elle s'assit et poussa pour elle-même un petit soupir de soulagement. Aucun regret. Elle redressa la tête et adressa à la tablée qui l'avait accueillie le sourire éclatant qui la caractérisait et qui lui avait déjà ouvert bien des portes.


Codage par Libella



Ven 23 Juin - 0:54


Dernière édition par Rosalind Fawley le Jeu 29 Juin - 9:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t339-journal-de-rosalind-fawley
Victoria Gold
avatar
Élève de Serpentard

Voir le profil


Banquet du 1er Septembre 1991
A peu près deux mois venaient de s'écouler, les vacances avaient été plutôt longues pour Victoria. Passer autant de temps avec ses parents pouvait être très pénible pour elle. Entre disputes et galères, elle ne s'en sortait plus. Le pire: ne plus pouvoir utiliser de magie. C'était presque ça raison de vivre ! Elle n'avait qu'une envie : retrouver Poudlard et ses amis. Pouvoir refaire des vannes à tout bout de champs et glisser des serpents en plastiques dans le lit de ses camarades. Certes elle aurait des problèmes, mais elle était jeune et elle voulait s'amuser. Elle avait prit le train, en passant par le mur qui menait à la voie 9¾, comme chaque années. Rien de bien nouveaux pour la jeune fille.

Elle allait donc entamer sa cinquième année et elle ne pouvait plus attendre. De plus qu'elle allait voir de nouvelles têtes, (de nouveaux Poufsouffles à embêter, de nouveaux Serdaigles à charrier et de nouveaux Gryffondors à qui mener la vie dure!)
Victoria n'était pas adoratrice des banquets. La seule chose qu'elle appréciait c'était la nourriture. Et aussi, surtout, de pouvoir voir les autres élèves mal à l'aise face au Choixpeau magique. Bien évidemment c'était toujours tendu entre les Gryffondors et les Serpentards, la petite gué-guère habituelle. Cela la faisait plutôt rire d'ailleurs, il faut juste accepter les différences. Elle même était une sang-mêlé et elle ne se préoccupait pas de savoir si oui ou non quelqu'un allait l'apprécier.

Dumbledore commença son discours, comme à chaque fois, en présentant les professeurs, les étages du château... Dont le 3ème étage, qui pour la première fois, intrigua Victoria. Il ne fallait pas y'aller. Mais comme d'habitude, la jeune fille allait en faire qu'à sa tête. Briser les règles était vraiment sa passion.

Elle reconnu un élève au loin, il venait d'être envoyé chez les Gryffondors. C'était donc lui Harry Potter. Celui qui avait vaincu le « Seigneur des Ténèbres ».
« - Félicitation ptit gars, se dit-elle à elle même en chuchotant, pour que personne ne l'entende ».
Elle le regarda pendant un long moment avant de tourner sa tête vers un autre élève, un blondinet aux yeux gris. Il attirait un peu trop l'attention selon Victoria. Hm.. Drago... Drago Malefoy. Oui ça devait être son nom.
Cette année va être fabuleuse pensa la jeune fille en esquissant un sourire.
Codage par Libella sur Graphiorum

Ven 23 Juin - 13:40

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t324-carnet-de-bord-de-victoria-gold#2180 En ligne
Neville Londubat
avatar
Élève de Gryffondor

Voir le profil

Répartition et maladresses à foison


Hagrid frappa à la porte de son énorme poing et cette dernière s’ouvrit toute seule, comme par magie. Une sorcière aux yeux émeraudes se trouvait derrière, elle semblait impatiente et avait un air strict figé sur le visage. D’un geste mi- machinal, mi- agacé, elle remit ses lunettes rondes en place sur son nez. Le géant qui servait de guide aux jeunes sorciers lui dit :


- Professeur McGonagall, voici les élèves de première année.

La sorcière le remercia d’un air pincé et le congédia d’une façon cordiale mais affirmée. Neville pensa alors qu’il valait mieux ne pas se frotter à ce professeur, elle ne l’effrayait pas au point de trembler mais assez pour penser que si possible, il éviterait de faire des idioties dans son cours.

La vieille sorcière les mena à travers le château, ils montèrent quelques étages et arrivèrent devant une gigantesque porte en bois massif, close. Elle prit la parole et d’un ton très solennel, elle leur dit :


- Bienvenue à Poudlard. Le banquet de fin d’année va bientôt débuter mais avant que vous preniez place dans la Grande salle, vous allez être répartis dans les différentes maisons. Cette répartition constitue une étape très importante. Vous devez savoir en effet, que tout au long de votre séjour à l’école, votre maison sera pour vous comme une seconde famille. Vous y suivrez les mêmes cours, vous y dormirez dans le même dortoir et vous passerez votre temps libre dans la même salle commune. Les maisons sont au nombre de quatre…

Neville ne l’écoutait déjà plus, il réfléchissait à ce qu’elle venait de dire. Et si lui, il ne trouvait pas une maison qui lui correspondait, s’il devait passer toute sa scolarité avec des gens qui ne lui ressemblaient pas ? Ou pire, si le Choixpeau Magique ne voyait pas en lui l’étoffe d’un sorcier et décidait de le renvoyer chez lui ?

- La Cérémonie de Répartition aura lieu dans quelques minutes en présence de tous les élèves de l’école. Je vous conseille de profiter du temps qu’il vous reste avant le début de cette cérémonie pour soigner votre tenue.

Quand le professeur avait dit ça, Neville avait l’impression d’être visé, impression qui se concrétisa lorsqu’elle lui jeta un regard significatif en voyant que sa cape était mal attachée. Ce qui le rassura c’est qu’il n’était pas le seul qui avait eu le droit à un regard plein de reproches. Elle avait aussi regardé un garçon roux qui avait une tâche sur le nez et Harry Potter, dont Neville avait fait la connaissance dans le train essaya dans une manœuvre désespérée de remettre ses cheveux à plats en les aplatissant avec ses mains.

-Je viendrais vous chercher lorsque tout sera prêt. Attendez-moi en silence.

Ce qu’évidemment, personne ne fit, une fois que la sorcière était partie, tous les élèves se mirent à parler ensemble dans un brouhaha extraordinaire. Quelques minutes plus tard, le professeur McGonagall était revenue. Elle leur ordonna de se mettre en rang et de la suivre.

Ils entrèrent alors dans une immense salle, au plafond étrange, qu’Hermione, une fille que Neville avait rencontré dans le train, qualifia de magique en parlant d’un livre dont Neville n’avait pas entendu le nom à cause des chuchotements des élèves assis aux tables. Ces derniers les regardaient avec attention et Neville ne se sentait pas très bien, il n’aimait pas être au centre de l’attention et même si ces regards ne le visaient pas que lui, il ne pouvait pas s’empêcher de vouloir disparaître très loin sous terre.

Mme McGonagall les fit s’aligner devant les professeurs, assis sur des chaises sur une estrade. Au milieu d’eux se tenait l’homme le plus énigmatique du monde : Dumbledore. Neville le reconnu car il avait une carte Choconouille à son effigie, et puis sa grand-mère lui parlait souvent de cet homme comme une personne intelligente. Il faut noter aussi que lorsqu’Augusta Londubat fait un compliment à quelqu’un, c’est qu’elle l’estime vraiment et dans son langage, une personne intelligente, est un génie.

Le professeur installa un tabouret à trois pieds au milieu de l’estrade et prit un vieux chapeau rapiécé dans sa main. Cela ne pouvait pas être le légendaire Choixpeau magique quand même ?! Neville s’attendait à quelque chose de beaucoup plus impressionnant, et surtout moins usé.

Il se mit alors à chanter une chanson après laquelle tous les élèves de la salle applaudirent, sauf Neville, bouche-bée. Un chapeau qui chante, on aura tout vu ! Même si il était habitué à la magie, cette dernière le surprendra toujours.

McGonagall appela un par un tous les premiers années pour les faire porter quelques secondes le chapeau, le temps qu’il décide la maison approprié pour l’élève en question. Lorsqu’elle lança : Neville Londubat, celui-ci resta figé et avait l’impression que ses membres ne répondaient plus. Poussé par quelqu’un derrière lui, il s’avançait fébrilement et à sa plus grande  honte, en montant sur l’estrade il se prit les pieds dans sa cape et s’étala de tout son long en face des professeurs et de toute l’école réunie. Il rougi et se releva en titubant, il n’y avait pas idée d’être si maladroit ! Il s’assit sur le tabouret en évitant de basculer une nouvelle fois.

Une fois le chapeau sur la tête, il pensa très fort à ses parents et se dit qu’il ne voulait pas les décevoir, il pensa aussi à sa grand-mère et à sa tête si elle apprenait qu’il devait revenir habiter chez elle parce qu’il n’avait pas été admis dans une maison.

Après un moment qui lui sembla interminable, le chapeau cria : GRYFFONDORD et là, un poids tomba des épaules de Neville. Il se sentait tellement léger ! Le garçon se releva et avait l’impression de flotter, il se rendit à la table des Gryffondor mais une voix le rappela.

Il avait oublié d’enlever le Choixpeau de sa tête ! Celui-ci lui dit en rigolant :

« Fais attention mon garçon, tu risquerais de perdre ta tête un de ces jours ! »

Tout le monde rigola et Neville rougit encore plus et alla mort de honte, rendre le chapeau à McGonagall, qui lui jeta un des regards dont elle semblait avoir le secret.

Il s’installa finalement à une place à la table des Gryffondor et sourit. C’est sa grand-mère qui allait être impressionnée ! Déjà qu’elle n’était pas sûre qu’il soit pris à Poudlard, toute sa famille pensait qu’il allait se retrouvé chez les Poufsouffle, ce qui d’ailleurs n’aurait pas dérangé Neville. Les sorciers passés par cette maison qu’il avait rencontrés lors des dîners organisés par sa grand-mère lui avaient toujours parus gentils et dignes de confiance.

Mais Gryffondor lui avait ouvert ses portes, et il ne voulait pas décevoir cette maison qui était devenue sienne.


Codage par Libella sur Graphiorum

Mar 27 Juin - 23:07
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t326-la-repartition-de-neville-londubat
Lucy A. Lorist
avatar
Élève de Serdaigle

Voir le profil

banquet du 1er septembre 1991

C'était le grand moment, nous étions le premier septembre et c'était la rentrée en première année pour la jeune Lorist. Elle venait de prendre le Poudlard express avec tous les autres élèves jusqu'à Pré-au-Lard. Après quoi, un géant, appelé Rubeus Hagrid, les prit en charge afin de traverser le lac noir en barque. Lucy trouva le château illuminé très beau. Une fois la traversée du lac terminé, Hagrid toqua a la porte du château et dit à une sorcière :

- Professeur McGonagall, voici les élèves de première année

La sorcière le remercia et congedia Hagrid. Ensuite, elle se tourna vers les élèves et dit :

- Bienvenue à Poudlard, le banquet de début d'année va bientôt commencé mais avantque vœu preniez placé dans la grande salle, vous allez être réparti dans les différentes maisons. Cette répartition constitue une ceremonie importante Vous devez savoir, que tout au long de votre séjour a l'ecole, votre maison sera comme une seconde famille, bous y suiverez les même cours, vous y dormerez dans les mêmes dortoirs et vous y passerez votre temps libre dans la même salle commune. Elle sont au nombre de quatre et ont pour noms : Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard. chaque fois que vous obtiendrez de bons résultats, vous rapporterez des points à votre maison. Tout entorse au règlement, vous en fera perdre. À la fin de l'année, la maison qui aura le plus de points, gagnera la coupe des quatre maisons. La cérémonie va commencer, suivez-moi !

Après quoi, ils rentrèrent dans la grande salle et marchèrent le long des quatre grandes tables. Une fois arrivé devant la table des professeurs, on aperçut un tabouret avec un vieux chapeau. Le professeur Mcgonagall stoppa les élèves et déroula un long parchemin et commenenca a appeler les élèves un a un. Puis, vint le tour de la jeune Lucy, elle s'approcha du tabouret et s'asseya dessus. Le professeur lui posa le choixpeau et ne vit plus rien. Le choixpeau lui dit apres quelques minutes d'une petite voix :

- hum difficile... j'ai longtemps bien trop longtemps hésité mais Serpentard ne semble guère vous convenir SERDAIGLE vous apportera tout ce qu'il faut pour réussir sur le chemin que vous vous êtes tracé.

Lucy retira le choixpeau et se dirigea vers la table des Serdaigle
Codage par Libella sur Graphiorum

Ven 30 Juin - 20:11

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angello Demoulin
avatar
Élève de Poufsouffle

Voir le profil

Banquet du 1er septembre 1991
C'était le grand jour, nous étions le 1er septembre 1991 et c'était le premier jour de la rentrée des classes, en première année pour le jeune homme Angello Demoulin. Arriver à la gare, il demanda au contrôleur ou se trouva la voie 9 3/4 il répondit au jeune homme :

- Tu paies ma tête c'est ça?  

Angello Demoulin ne répondit pas. Puis il vit d'autres élèves se diriger vers le mur entre la voie 9 et 10, il les suivit et demanda à un élève comment faire pour rejoindre la voie 9 3/4 l'élève lui répondit :

- il faut foncer droit dans le mur sans réfléchir entre la voie 9 et 10, et si tu as peur il faut marcher très vite et fermer les yeux.

Angello Demoulin regarda les autres faire en ce mettant sur le côté puis peu de temps après il se mit derrière dans la file pour faire la traversée. Le temps venu, c'était son tour, il commença à stresser et repensa ç ce que l'élève lui avait dit et l'appliqua, il ferma les yeux et marcha très très vite et sans qu'il s'en rendre compte il était à la voie 9 3/4. Arrivé à la voie 9 3/4 il suivit les autres élèves dans le Poudlard express, il monta dans le train et alla s'asseoir tout seul dans un fauteuil du train en attendant l'arrivé à Pré-au-Lard. Une fois arrivé, il vit un homme assez costaud et hyper grand par la fenêtre du train et  il recommença à stresser. Une fois sortit du train Poudlard express ce géant s'avança vers tout les élèves et se présenta.

Je m'appelle : Rubeus Hagrid. vous allez me suivre jusqu'au château Poudlard.

Les élèves le suivit jusqu'au château Poudlard,arrivé au chäteau, il frappa à cette grande porte, et un professeur vint ouvrit la porte. Rubeus Hagrid dit :

- Professeur McGonagall je vous apporte les élèves de première année.

Le professeur répondit :

- Merci Rubeus Hagrid je m'en occupe.

Hagrid partit. Le professeur McGonagall regarda les élèves et dit:


- Bienvenue à Poudlard, le banquet de début d'année va bientôt commencé mais avantque vœu preniez placé dans la grande salle, vous allez être réparti dans les différentes maisons. Cette répartition constitue une ceremonie importante Vous devez savoir, que tout au long de votre séjour a l'ecole, votre maison sera comme une seconde famille, bous y suiverez les même cours, vous y dormerez dans les mêmes dortoirs et vous y passerez votre temps libre dans la même salle commune. Elle sont au nombre de quatre et ont pour noms : Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard. chaque fois que vous obtiendrez de bons résultats, vous rapporterez des points à votre maison. Tout entorse au règlement, vous en fera perdre. À la fin de l'année, la maison qui aura le plus de points, gagnera la coupe des quatre maisons. La cérémonie va commencer, suivez-moi !.

Après les élèves renta dans la grande salle et longea les grandes tables, arriver devant la table des professeurs, les élèves aperçut un vieux chapeau sur un tabouret. McGonagall s'arrêta d'un coup et ouvrit un parchemin, et commença  à appeler les élèves un par un. Angello Demoulin regarda les élèves aller sur le tabouret sous le choipeau et fit des grands yeux en apercevant leurs tête bouger de gauche à droite, il commença à avoir peur en se demandant dans quelle maison il irait et se dit :

- je me demande dans quelle maison je vais aller.

Puis vint le tour de Angello Demoulin. Il s'avança vers le tabouret et se mit sous le choixpeau magique que McGonagall avait poser sur sa tête. Le choixpeau, avait du mal à le placer dans une maison. Sa tête allait de gauche à droite puis d'un coup le choixpeau magique dit d'une grosse voix :

Alors, alors c'est tellement dur. Où vais-je te mettre. Serpentard ne te convient pas, Poufsouffle te correspondra le mieux.

Angello retira le choixpeau et sourit et se dirigea vers la table des poufsouffle.

Codage par Libella sur Graphiorum

Dim 2 Juil - 17:41
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amandine James
avatar
Élève de Serdaigle

Voir le profil

Le banquet de la rentrée de septembre 1991
Je suis enfin en dernière année à l’école de sorcellerie de Poudlard.
Comme chaque année, je me dirige vers la gare de Londres pour aller à l’école. Pour cela je dois franchir le mur situé entre la voie 9 et 10 qui me conduira à la voie 9 3/4 où se trouve le Poudlard express.
Après plusieurs heures de voyage, le train s’immobilise dans la gare de Poudlard. Une fois à l’extérieur de ce dernier, une diligence s’avance pour prendre un groupe d’élèves afin de les amener au Château.
Une fois arrivée dans la grande salle, je prends place à la table de ma maison et nous attendons l’entrée des premières années qui seront réparties dans les 4 maisons.
Les nouveaux élèves sont appelés les uns après les autres par le professeur McGonagall. Ils montent sur l’estrade et s’asseyent sur le tabouret faisant face aux autres. Puis elle pose le Choixpeau magique sur la tête des nouveaux. Ce dernier les dirige vers leur maison respective.  
La répartition terminée, le directeur Albus Dumbledore se lève pour faire son discours annuel afin de rappeler à chaque élève les différentes règles qui régissent l’établissent ainsi que les conséquences qu’entraineraient le non-respect de ces dernières. Ensuite il présente les nouveaux professeurs ainsi que la fonction qu’ils occupent. Cette année Hagrid a été nommé professeur au soin aux créatures magiques.
Je suis impatiente de commencer cette nouvelle année et de voir ce qu’elle va nous réserver comme rebondissement.
Car chaque année il se passe toujours quelque chose auquel on ne s’attend pas.


Codage par Libella sur Graphiorum

Dim 2 Juil - 21:21
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Voir le profil


Revenir en haut Aller en bas
 

Banquet du 1er Septembre 1991

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» 30 septembre 1991 et le visage d'un putschiste
» Le discours du 27 septembre 1991, un discours historique
» l'autre discours du 27 septembre 1991
» (septembre 1991) le grand départ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP1991 :: Hogwarts Castle :: Rez-de-Chaussée :: La Grande Salle-