AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En attendant Godot... la moto.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
June Prewett
avatar
Gryffondor

Voir le profil





En attendant Godot...
la moto

feat. Lou Perkins


June poussa la porte des Trois Balais et fut ravie de constater qu'une atmosphère chaleureuse et conviviale y régnait. Les conversations allaient bon train et presque toutes les tables étaient occupées, soit par des élèves de Poudlard, soit par des habitants du village. June aperçut même le professeur de Soins aux Créatures Magiques, en grande discussion avec un étrange petit sorcier dont le crâne était surmonté d'un très haut chapeau pointu violet, agrémenté d'étoiles argentées.

Tout sourire, la Gryffondor s'approcha du comptoir en traînant à sa suite sa nouvelle camarade. Elle lui lança un regard interrogateur puis, sans vraiment attendre sa réponse, commanda deux Biéraubeurres à Madame Rosmerta, la joviale tenancière.

Prewett glissa l'argent que celle-ci lui demanda sur le bar, attrapa les deux chopes et se retourna pour regarder la salle : il était particulièrement compliqué de dénicher un espace libre, tant la taverne était bondée. Elle y parvint cependant, en remarquant une petite table ronde située dans un coin.

June fendit la foule en tenant bien haut ses Biéraubeurres, et se laissa lourdement tomber sur l'une des chaises libres. Elle poussa une chope vers Lou et prit la sienne des deux mains. Lorsqu'elle porta le breuvage chaud à souhait à ses lèvres, elle ferma les yeux de délice. Cette boisson était réellement la meilleure chose que les sorciers aient jamais inventé.

Sa première Biéraubeurre remontait à six ans en arrière, lorsque son oncle Kevan était venu passer quelques jours dans la maison familiale des Prewett, au nord de Londres. Il était d'abord passé par le Chemin de Traverse, dont le Chaudron Baveur, duquel il avait ramené un tonneau plein de cette délicieuse boisson. Gretel, la mère de June, avait autorisé sa fille à tremper les lèvres dans son verre, histoire de lui faire découvrir le goût, mais l'enfant avait tôt fait de lui arracher sa chope pour la terminer en vitesse.

Kevan avait éclaté de rire, tandis que Gretel avait tenté de sermonner consciencieusement la petite, qui n'avait eu pour seule réaction que de lui adresser un grand sourire surmonté de mousse blanche. Ç'avait été une journée radieuse, et June s'en souvenait dans les moindres détails.

Boire à nouveau ce breuvage exquis la plongea un bon moment dans des abysses de contentement, et elle mit bien du temps à se rappeler qu'elle se trouvait présentement en compagnie d'une demoiselle qui deviendrait très bientôt sa complice de méfait...

"C'est bon, hein ?" lui dit-elle, la voix empreinte de délectation.


Codage par Libella sur Graphiorum

Ven 26 Mai - 23:04

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t78-la-folie-n-a-qu-un-oeil
Lou Perkins
avatar
Serdaigle - Modération RPG & Capitaine de Quidditch

Voir le profil










  En attendant Godot... la moto
↪ avec June Prewett

Lou ne savait plus trop comment elle en était arrivée là. Elle n'était pas spécialement attachée aux règles, certes, beaucoup d'entre elles lui semblaient absurdes et, surtout, elle aimait l'excitation qu'impliquait les enfreindre. Mais là elle battait tous les records! Un vrai délit. Et l'instigatrice de tout ça n'était autre qu'une élève de son école. Plus jeune en plus! Elle avait décidé de la suivre aveuglément, terrassée par l'ennui, et ivre de palpitations. Au moins, ça créait du mouvement...

Elle, qui adorait les caractères authentiques et spontanés, avait été conquise par le leadership naturel de sa camarade. Autant dire que la jeune Prewett avait une sacrée personnalité. Qui de mieux pour la sortir de sa zone de confort? C'était (presque) chose faite.

Les conspiratrices étaient toutes deux attablées aux Trois Balais, une Biéraubeurre à la main, en vue d'élaborer un plan infaillible. Enfin... Pas tout de suite. La brune avait tout le loisir de se détendre à présent, et le lieu s'y prêtait malgré la foule puisque, à vrai dire, les éclats de voix l'apaisaient. Ils noyaient ses pensées, lui intimant de profiter de l'instant sans trop se poser de questions. Résultat? Il lui apparaissait clairement qu'elle était stimulée, en bonne compagnie, et munie d'un breuvage qu'elle appréciait siroter. En toute simplicité.

Elle observa longuement son interlocutrice savourer sa boisson. Elle avait l'air ailleurs, comme perdue dans les méandres de sa mémoire. Lou arqua un sourcil sans dissimuler son sourire interrogatif. A quoi pouvait-elle bien penser? C'était amusant. D'humeur taquine, elle se racla légèrement la gorge pour attirer son attention.

- C'est bon, hein? lui avait-elle répondu par une mine ensorcelée, prise sur le fait sans l'avoir remarqué.

- Orgasmique et revigorant, appuya la Serdaigle d'un clin d'oeil fripon. Merci pour le verre, ça aide...

Elle se délecta d'une énième gorgée avant de poser brusquement sa chope sur la table boisée.

- Alors "June Roxane Prewett", à nous deux.

La référence à sa gentille moquerie lui prouverait qu'au moins, elle avait bonne mémoire. Lou était tout à fait éveillée désormais. Prête à répliquer, et surtout, fermement décidée à percer la carapace intrigante de l'espiègle Rouge et Or. Dans le même temps, ça la détendrait avant de passer aux choses sérieuses.

- Maintenant que je suis dans tes filets, je vais te bombarder de questions, s'amusa-t-elle faussement menaçante, bras en croix sur la table.
Ca t'arrive souvent d'inciter de pauvres innocents au vice? Non pas que je me plaigne, hein, et je suis sûre que t'as fait bien pire que ça. D'ailleurs, entre nous, j'ai bien rigolé quand on m'a raconté l'histoire du Serpentard fanatique que t'as salement amoché. Tes exploits ont fait tout le tour du château! Ben ça lui fera les pieds, tiens.

Son regard s'assombrit momentanément.

- Je connais une préfète qui mériterait bien un bon coup de batte... Une vraie plaie celle-là.

Cette pensée formulée entre ses dents ne nécessitant aucune réponse, son ton redevint enjoué, sans transition.

- T'as le goût du risque, en fait. C'est ça? Pourquoi? On a un peu de temps à tuer avant la tombée de la nuit, et je veux tout savoir. Je te préviens, t'es mal barrée avec moi!

Elle ponctua sa requête d'un sourire plaisantin, affichant tout son intérêt pour sa nouvelle copine.

Codage par Libella sur Graphiorum
Personnalisé par Lou Perkins pour HarryPotter1991

Sam 27 Mai - 3:07
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t176-lou-perkins http://harrypotter1991.forumactif.org/t187-ratures-de-lou-perkins http://harrypotter1991.forumactif.org/t385-voliere-de-lou-talula-perkins
June Prewett
avatar
Gryffondor

Voir le profil





En attendant Godot...
la moto

feat. Lou Perkins


Lou semblait apprécier presque autant que June le sirotage de sa Biéraubeurre. La Gryffondor lui adressa un grand sourire, avant que son interlocutrice lui balance, tout de go "Alors "June Roxane Prewett", à nous deux."

June fronça très légèrement les sourcils : qu'allait bien pouvoir lui demander la Serdaigle ? Celle-ci commença par faire un éloge assez plaisant de Prewett, qui ravit cette dernière, et enchaîna en disant qu'une certaine préfète mériterait un bon coup de batte. intriguée, June s'apprêta à la questionner à ce sujet mais Lou poursuivit sur sa lancée. Elle posa la question fatidique, que June prenait toujours soin d'éviter : "T'as le goût du risque, en fait. C'est ça ? Pourquoi ?"

Prewett aimait beaucoup dresser le profil psychologique de tout un chacun, mais au contraire, elle détestait parler d'elle sérieusement. Elle était loin de se poser trop de questions, sachant parfaitement qui elle était. Et elle n'avait aucun mal à se définir très justement. Mais de là à raconter ses états d'âme à quelqu'un, c'était assez... fatigant. Et vraiment pas rigolo. Une perte de temps, en somme. Ni plus, ni moins.

Elle daigna tout de même apporter un semblant de réponse à sa complice : "Parce que je suis née comme ça. J'aime pas m'ennuyer. Et tout m'ennuie très vite. Alors il faut bien que j'invente de nouvelles choses. Tu sais ? Pour passer le temps et tout ça..." puis elle préféra bifurquer sur un sujet bien plus intéressant : "Regarde derrière toi" chuchota-t-elle à sa voisine de table en faisant un signe de la tête en direction du petit sorcier coiffé du chapeau violet, toujours en grande conversation avec le professeur de Soins aux Créatures Magiques. "Tu crois que Brûlopot m'en voudrait beaucoup si j'allais interroger son ami sur ses goûts vestimentaires ?"


Codage par Libella sur Graphiorum

Sam 27 Mai - 21:42

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t78-la-folie-n-a-qu-un-oeil
Lou Perkins
avatar
Serdaigle - Modération RPG & Capitaine de Quidditch

Voir le profil










  En attendant Godot... la moto
↪ avec June Prewett

Lou se contenta amplement de la réponse claire et directe de sa partenaire. Elle avait bien compris qu'elle n'était pas du genre à s'épancher, et ça lui allait très bien. Ce qu'elle en retenait? Une fillette en quête perpétuelle d'aventures et de rebondissements pour égayer son quotidien. La Serdaigle se demandait sérieusement si cette rencontre n'était pas une aubaine pour elle. Le fun lui manquait terriblement à Poudlard... D'ailleurs, la soudaine observation de la Rouge et Or illustrait parfaitement cet état d'esprit.

- Regarde derrière toi. Tu crois que Brûlopot m'en voudrait beaucoup si j'allais interroger son ami sur ses goûts vestimentaires?

Lou s'exécuta et aperçut leur professeur de Soins aux Créatures Magiques papoter en toute simplicité avec un sorcier rachitique coiffé d'un chapeau pointu violet. C'était pour le moins caricatural, et d'un goût... particulièrement loufoque.

- Tu sais quoi? Ca m'étonnerait qu'il se formalise, pouffa-t-elle sans décoller ses yeux du duo.

- Et puis, reprit-elle en se tournant vers sa camarade, y'a pas 36 façons de le savoir.

Elle étira un sourire sardonique.

- Tu n'as qu'à dire que tu recherches une pièce de qualité pour tonton machin-truc et que tu as flashé direct sur son chapeau en rentrant, que ça irait vachement bien avec ses gants en cuir de dragon jaunes, proposa-t-elle en haussant les épaules d'un air faussement innocent.

Elle jeta un autre oeil furtif à l'allure du sorcier.

- Il a l'air commode. Je pense qu'il t'aidera avec plaisir! Et puis si tu le fais, non seulement je te respecte, mais en plus...

La brunette s'accorda un temps de réflexion.

- ...en plus t'auras le droit de me donner un gage.

Lou et sa mine rayonnante ne doutaient pas une seconde que June y mettrait toute sa bonne volonté.


Codage par Libella sur Graphiorum
Personnalisé par Lou Perkins pour HarryPotter1991

Dim 28 Mai - 1:11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t176-lou-perkins http://harrypotter1991.forumactif.org/t187-ratures-de-lou-perkins http://harrypotter1991.forumactif.org/t385-voliere-de-lou-talula-perkins
June Prewett
avatar
Gryffondor

Voir le profil





En attendant Godot...
la moto

feat. Lou Perkins


Lou eut une brillante idée, que June s'empressa de mettre en pratique : elle se redressa vivement et repoussa sa chaise en se dirigeant vers le professeur Brûlopot et son étrange acolyte.

Parvenue devant leur table, les deux hommes levèrent les yeux vers la Gryffondor et lui lancèrent un regard interrogateur. "Bonjour professeur ! Comment allez-vous ? Pardonnez mon intrusion, je suis June Prewett, enchantée monsieur !" s'écria-t-elle en tendant une main franche et amicale au petit sorcier drôlement affublé. "Pourrais-je vous poser une question qui me turlupine ?"

L'homme extravagant lui répondit d'un ton jovial : "Mais très certainement, miss Prewett ! Quelle est-elle ?" June tapa dans ses mains avec un immense sourire sur le visage : "Et bien, voyez-vous... j'aime beaucoup votre chapeau. Mon oncle Raspoutine fête bientôt ses soixante-dix-sept ans, et il n'a pas perdu un brin de jeunesse ni d'espièglerie, voyez-vous ? Je vous serais à jamais reconnaissante de bien vouloir me dire où vous avez acheté votre chapeau, monsieur !"

Le bonhomme lui indiqua tout simplement la boutique Gaichiffon, située très exactement entre la boutique Derviche & Bang et les bureaux de la RITM. "Fort bien, j'ai une dette envers vous, mon vieux ! A la r'voyure !" lança-t-elle avec un signe de la main par-dessus son épaule en s'éloignant pour rejoindre la table que n'avait pas quittée Lou. June s'aperçut que le petit sorcier lui lançait un regard mi-estomaqué, mi-courroucé devant tant d'insolence, mais la jeune fille n'en fut que plus amusée.

"On n'a plus qu'à aller chez Gaichiffon ma foi..." lâcha-t-elle en se laissant tomber sur sa chaise, face à Lou. "Enfin, un autre jour... J'ai pas de Gallions à dépenser là-dedans. En plus l'anniversaire de mon oncle n'est que dans trois mois."

Elle reporta son entière attention sur la Serdaigle : "Et maintenant, ton tour ma jolie. Chiche ou pas chiche d'aller voir le professeur Rogue, là-bas, et de lui demander s'il a les cheveux gras depuis sa naissance ou si on lui a jeté un mauvais sort ?"


Codage par Libella sur Graphiorum

Ven 2 Juin - 17:20

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t78-la-folie-n-a-qu-un-oeil
Lou Perkins
avatar
Serdaigle - Modération RPG & Capitaine de Quidditch

Voir le profil




En attendant Godot... la moto



avec June Prewett





Aux Trois Balais...

Ni une ni deux, la Rouge et Or s'était avancée vers l'étrange bonhomme aux côtés de Brûlopot pour relever son défi.

- Bonjour professeur! Comment allez-vous? Pardonnez mon intrusion, je suis June Prewett, enchantée monsieur! Pourrais-je vous poser une question qui me turlupine?

C'est pas vrai... Elle va vraiment le faire, pouffa-t-elle d'admiration devant le culot de la jeune effrontée.

Le spectacle était captivant. June invoquait son "oncle Raspoutine" pour justifier son insolence, et malgré tout le petit papy en face d'elle semblait réceptif. Interloqué, certes, mais réceptif. Il l'avait gentiment conseillée en l'axant vers la boutique Gaichiffon.

Lou n'en pouvait plus. C'était une torture de devoir se contenir pour éviter d'exploser de rire. Et lorsque sa camarade quitta la table des deux compères en lançant "Fort bien, j'ai une dette envers vous, mon vieux! A la r'voyure!", ce fut le coup de Grâce. Partagée entre la honte et la moquerie, elle laissa échapper un rire nerveux qui faillit bien la faire tomber de sa chaise.

- T'as vraiment aucun respect Prewett, lui dit-elle faussement réprobatrice tandis que celle-ci se rasseyait.

Elle ne croyait pas si bien dire... C'était son tour de passer à la casserole, et elle ne s'était certainement pas attendue à ça, DU TOUT.

- ...Chiche ou pas chiche d'aller voir le professeur Rogue, là-bas, et de lui demander s'il a les cheveux gras depuis sa naissance ou si on lui a jeté un mauvais sort?

En réaction, Lou s'étouffa en avalant sa gorgée. En réalité, elle avait dû se mettre de côté pour dissimuler à la salle qu'elle la recrachait.

- QUOI?! s'offusqua-t-elle avant de se marrer copieusement. De Brûlopot tu passes à Rogue? Comme ça? Sans transition? Non seulement t'as aucun respect, mais t'as aucun sens de la justice!

Ca n'empêchait pas sa camarade de sourire exagérément en attendant une réponse plus directe.

- Tu ne m'en crois pas capable, c'est ça? la sonda-t-elle amusée avant de tâter le terrain en direction du professeur de Potions.

Il était seul au comptoir, ce qui ne l'étonna qu'à moitié. Heureusement pour elle, elle ne comptait pas parmi ses souffre-douleurs. Déjà parce qu'elle n'était pas une Gryffondor, et ensuite parce qu'elle ne lui avait jamais manqué de respect, ou montré de la crainte. Non, il ne l'avait jamais intimidée. Elle le pensait bon professeur et adorait sa matière même si, parfois, elle y avait quelques difficultés. Elle restait passionnée et, même si elle n'était de toute évidence pas une Serpentard, avait au moins le privilège d'être le plus souvent ignorée par ce dernier.

Si elle n'avait encore jamais été dans sa ligne de mire, voilà qu'elle avait l'occasion d'y remédier...

Oh, et puis je saurai me faire pardonner... Je suis une bonne élève, je gère. Puis c'est pas pire que de voler une moto... relativisait-elle dans une vaine tentative d'auto-encouragement.

Que faisait-il tout seul? Il avait l'air à la fois calme et soucieux. Attendait-il quelqu'un? Il n'avait même pas commandé à boire... Aucune boisson corsée ne pourrait détendre l'atmosphère ou amorcer son approche. Arf.

Elle se mordait l'intérieur des joues, comme pour canaliser sa nervosité en réinterprétant la consigne de sa camarade. Après tout, le principal était de le titiller sur ses problèmes capillaires, pas de le provoquer bêtement en vue de perdre des points ou gagner une place dans son top 10 des élèves à abattre. Ca serait l'occasion de tester ses talents de comédienne, et de jouer à la pimbêche écervelée. La croirait-il? Il savait bien que la Serdaigle n'était pas la plus attardée de Poudlard, mais bon... Elle n'avait pas d'autre plan. Si elle devait l'aborder pour lui parler de ses cheveux, hors de question de le prendre au sérieux en tant que Lou Perkins. Elle plaiderait la folie passagère.

- Ok. Je vais le faire, dit-elle sans détourner le regard de l'homme en noir. Mais je vais y mettre les formes.

Elle se leva d'un bond décidé en claquant fermement sa chope sur la table, masquant difficilement son trouble. Un défi était un défi, et elle n'avait qu'une parole. L'occasion de prouver que les Serdaigle n'étaient pas tous des robots bien disciplinés, et qu'une fois de plus elle se démarquait des stigmatisations.

Mais qu'est-ce que j'fais? s'inquiétait-elle en mettant un pied devant l'autre, le coeur battant.

Sa cible se rapprochait dangereusement et, au fur et à mesure que son élan se confirmait, Lou finit par être repérée. L'imposant professeur la toisait en fronçant doucement les sourcils. Elle ne pouvait plus reculer.

- Professeur Rogue! Bonjour! engagea-t-elle en étirant un sourire absolument pas naturel. Je vous dérange pas, hein? Non! Bon.

Elle se posa sur le tabouret à ses côtés tandis qu'il ne cessait de la toiser avec incompréhension. Sans doute qu'il devait trouver aberrant qu'une élève se permette de tailler une bavette avec lui comme s'il s'agissait de Trelawney. Son regard assassin ne la démonta pas, et elle continua, faussement assurée, sur sa lancée.

- Dites-moi. Je me posais une question, enchaîna-t-elle avant de laisser un nouveau blanc pour trouver une parade.

Elle plissait ses grands yeux noisettes pour se donner l'air intelligent et réfléchi, mais elle n'inspirait que loufoquerie.

- J'ai un oncle. Il s'appelle Raspoutine. Un brave homme, vous savez! Vous me faites un peu penser à lui d'ailleurs, il sait beaucoup de choses, sur tout, et puis...

Peut-être qu'en le flattant un peu, la tâche serait plus aisée. Le professeur semblait pourtant s'engouffrer dans un ennui abyssal en l'écoutant tergiverser dans tous les sens. Même elle ignorait où elle voulait en venir exactement. Elle parlait vite, et pour ne rien dire.

- ...et puis il est super doué en potions. C'est lui qui m'a appris à faire mes premières décoctions d'Aiguise Méninges. Enfin, vous ne croyiez tout de même pas que j'avais tout appris avec vous au dernier cours, hein! dit-elle en riant nerveusement avant de retrouver une tête d'enterrement face à l'impassibilité de son interlocuteur.

Même s'il n'en montrait rien, ça devait l'amuser de la voir s'enliser puisqu'il n'empêchait pas sa descente. Lou était affligée par ses propres réflexions. Elle venait de dévaloriser son enseignement, mais en plus elle s'était laissée aller à lui donner une petite tape sur l'épaule. Le gros malaise. Il avait lourdement grimacé en se reculant. Ses narines palpitaient, et elle aurait pu succomber sous le poids de ses deux balles noires qui la fusillaient. Sans lui laisser la possibilité de l'interrompre, elle se racla la gorge pour retrouver un semblant de crédibilité. Elle devait aller au bout, le plus vite possible... Toute façon elle était déjà foutue jusqu'au cou. Elle reprit en balbutiant, retrouvant son ton bêtement enjoué, illustrant ses propos avec ses mains. Peut-être qu'en évoquant le cas de sa tignasse avec légèreté, la pilule passerait mieux...

- En fait, il a un peu les mêmes cheveux que vous, aussi. Noirs, mi-longs, robustes et... soyeux... C'est un sacré entretien ça! J'imagine que vous avez un shampooing spécial, une potion peut-être? Parce qu'ils n'ont pas l'air d'être traités de manière conventionnelle. Mais j'adore hein! Grande qualité! Je prône le retour au naturel, moi, donc vous savez... Tonton Raspoutine aurait vraiment besoin de tuyaux, il a le cuir chevelu sensible en plus...

Elle hésita un instant en soutenant son regard affligé. Elle tremblait comme une feuille mais s'étonnait elle-même du self-contrôle dont elle faisait preuve. La rebelle novice cligna compulsivement des yeux pour laisser transparaître une naïveté qui n'était pas la sienne, mais qui l'aidait beaucoup à masquer son désarroi. Elle s'apprêtait à signer son arrêt de mort.

- Vous avez une routine particulière?

Elle ponctua sa requête d'un petit sourire gêné pour attendrir l'homme agacé qui soupirait ostensiblement devant elle. Voyait-il qu'elle se fichait de lui? Elle avait pourtant tout fait pour enjoliver l'affaire. C'était peut-être à cause de ça qu'elle était d'autant plus cuite. Au mieux, il l'avait prise au sérieux et pensé qu'elle avait carrément flirté avec lui... Au pire, il avait compris qu'elle n'était qu'une petite impertinente pas maline en quête de divertissement. Et finalement, lequel de ces scénarios était le meilleur ou le pire?! Dans tous les cas, elle était fichue.

Ca, pour s'embourber, elle s'était bien embourbée.

Elle lança un bref regard dépité à June qui n'avait pas raté une miette du spectacle, tout juste si elle ne regrettait pas de ne pas avoir prévu le popcorn. La sentence était imminente.



Dim 4 Juin - 0:00
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t176-lou-perkins http://harrypotter1991.forumactif.org/t187-ratures-de-lou-perkins http://harrypotter1991.forumactif.org/t385-voliere-de-lou-talula-perkins
Professeur Rogue
avatar
PNJ - Poudlard

Voir le profil

Maître de potions à Poudlard, ce n'est pas ce que l'on croit. Lundi matin, cours avec les premières années. Ce cours est aussi utile que son niveau est élevé. En d'autres mots : inutiles. Lundi après-midi, cours avec les deuxièmes années. Même des cornichons ramollis par du vinaigre seraient plus vivaces. Mardi matin, cours avec les septièmes années. Ah, leur niveau est aussi impressionnant qu'un botruc se prenant pour un demiguise : assez pathétique... Et la semaine continue ainsi jusqu'au vendredi.

Le pire dans toutes ces semaines qui se ressemblent, c'est de supporter les affables et antipathiques Gryffondor. Ah non, le pire, c'est de voir l'irascible et affligeant Harry Potter, la célébrité de Poudlard ! Sans aucune prédisposition pour les potions, il est toujours fourré avec ses acolytes Weasley et Granger. Tous des Gryffondor. Et comment faire pour oublier ces Gryffondor ? Boire des Whisky-pur-feu.

Le Samedi, c'est la journée de la délivrance. Ou presque. Passer sa journée à Pré-au-Lard, aux Trois Balais, c'est pas vraiment quelque chose que l'on peut appeler de délivrant. Pas très loin, il y a Silvanus. Il est rapidement importuné par miss Prewett. Il n'y pas moyen d'avoir du calme, peu importe où que l'on soit. Et à en voir miss Perkins, il n'était pas difficile de comprendre que ces deux là étaient en proie à des sensations "fortes". Que de gamineries en d'autres termes, beaucoup moins élogieux.

- Un Whisky-pur-Feu, s'il vous plaît.

La voix nasillarde du maître des potions est froide. Le "s'il vous plaît" est là pour éviter un regard furieux. Les conventions, c'est pour les sorciers susceptibles. Quoique non, les conventions, c'est pas que pour les sorciers susceptibles. Il n'y a qu'à voir miss Perkins et miss Prewett qui s'esclaffent comme ces imbéciles de premières années. Venant de miss Prewett, il n'y avait rien de surprenant. En revanche, miss Perkins... Elle méritait plus d'estime qu'une simple Gryffondor écervelée, enfin, ça c'était avant qu'elle ne fricote avec miss Prewett (véritable danger public).

Voilà que son cas ne s'arrange aucunement - miss Perkins. Si le professeur ne savait pas quel diable l'habitait, il avait une vague idée de pourquoi elle s'approchait de lui. Et ce n'était pas tellement par courtoisie. La Gryffondor qui l'accompagnait la trahissait. Il aurait juré la voir sautiller sur sa chaise, en train de se tenir les côtes.

- Professeur Rogue! Bonjour! Je vous dérange pas, hein? Non! Bon.

Un vague grognement lui échappe. Ç’aurait pu s'apparenter à un rire sarcastique. Tout le monde pense que Rogue n'a aucun humour. Ce n'est pas vrai. C'est un être aigri par le temps et la force des choses, mais pas sans humour. Un grand incompris. Rosmerta semble prendre son temps pour apporter le Whisky-pur-Feu.

- Dites-moi. Je me posais une question. J'ai un oncle. Il s'appelle Raspoutine. Un brave homme, vous savez! Vous me faites un peu penser à lui d'ailleurs, il sait beaucoup de choses, sur tout, et puis il est super doué en potions. C'est lui qui m'a appris à faire mes premières décoctions d'Aiguise Méninges. Enfin, vous ne croyiez tout de même pas que j'avais tout appris avec vous au dernier cours, hein!

Miss Perkins a donc des cours particuliers de potions ? Il en prend note. Si l'insolence l'amuse, elle serait servie au prochain cours. Miss Perkins mérite bien sa place chez les Serdaigles. Prétentieux, suffisants et arrogants, autant que puissent être ces gens au semblant de savoir "supérieur".

- En fait, il a un peu les mêmes cheveux que vous, aussi. Noirs, mi-longs, robustes et... soyeux... C'est un sacré entretien ça! J'imagine que vous avez un shampooing spécial, une potion peut-être? Parce qu'ils n'ont pas l'air d'être traités de manière conventionnelle. Mais j'adore hein! Grande qualité! Je prône le retour au naturel, moi, donc vous savez... Tonton Raspoutine aurait vraiment besoin de tuyaux, il a le cuir chevelu sensible en plus...

Elle termine par un "vous avez une routine particulière ?". L'air impassible du professeur disparait. Il hausse un sourcil et réfléchit à sa réponse. L'impertinence de miss Perkins lui lève le coeur. Depuis quand les élèves se permettaient-ils de parler avec tant d'effronterie aux professeurs.

- Miss Perkins, commença-t-il acide, avant de venir m'importuner avec vos déblatérations outrageuses, je vous conseillerai vivement de réfléchir à une histoire cohérente. Mais puisque j'ai cru comprendre que vous avez des cours particuliers, vous saurez donc me préparer un philtre de paix au prochain cours.

L'orgueil de Rogue était de la partie. Il savait pertinemment que le philtre de paix était au programme des cinquièmes années. Il affichait à présent un rictus, ou du moins une grimace qui ressemblait à un rictus.

- J'ose espérer que Tonton Raspoutine, dit-il en insistant sur les deux derniers mots, est capable de préparer une telle potion. Après tout, s'il sait tout et qu'il est aussi doué que vous êtes vaniteuse, rien ne lui est impossible. N'est-ce pas ? Oh pardon, j'oubliais, Tonton Raspoutine n'existe pas. Miss Perkins, non seulement vous préparerez un philtre de paix au prochain cours, mais j'exige que vous me rendiez un parchemin de trente centimètres sur les effets de la potion capillaire Lissenplis. Tonton Raspoutine sera ravi de savoir qu'il y a une solution à son problème.

Le ton aussi austère que placide du professeur avait du mettre un terme à son excès de sensations fortes. Il se rassit correctement du haut de son tabouret. Peu importe où, avoir droit au calme était un luxe réservé à une certaine élite. Que faisait donc Rosmerta ? Elle était partie traire un Dragon pour avoir ce Whisky-pur-Feu ? Quelle bande d'incapables ! Ah, avant d'oublier.

- Miss Perkins, vous transmettrez ceci à votre collègue : au prochain cours, je veux un parchemin de trente centimètres sur la potion de ratatinage. Aux dernières nouvelles, elle n'a jamais brillé dans ma matière. Un peu d'apprentissage ne saurait lui faire que du bien.

Peut-être se débrouillait-elle en réalité. Mais il n'en avait cure. Pour lui, les Gryffondor étaient tous les mêmes : des ignorants frôlant la nullité la plus totale en potions. Il était cependant certain d'une chose. Miss Prewett était loin d'être une élève assidue. Il se ferait un malin plaisir à la torturer si le parchemin ne faisait pas la longueur exigée, encore plus si elle ne l'apportait pas du tout. Dans tous les cas, il comptait sur son manque de diligence. Le règne de la terreur ne prendrait pas fin, pas avant longtemps... Tant qu'il y avait des élèves aussi importants que des pots de géraniums sur les chaises, la terreur serait reine dans les cachots.

- Rosmerta, ce Whisky-pur-Feu alors ?

Mer 2 Aoû - 21:56
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Voir le profil


Revenir en haut Aller en bas
 

En attendant Godot... la moto.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Super Moto de Bilstain.
» Mais comment Moto GAto va faire pour gagner maintenant?
» Kopter sur base de moto
» [2000pts ork]La Band' à Wazdakka (full moto)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP1991 :: Hogsmeade :: La Grand-Rue :: Les Trois Balais-