AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Salle des Trophées - Dangereuse désobéissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Rosalind Fawley
avatar
Élève de Serpentard

Voir le profil




DANGEREUSE DESOBEISSANCE


Quelque soit l'heure de la journée, la Salle des Trophées était toujours déserte. Rosalind comprenait pourquoi: malgré la brillance des coupes et des médailles, la pièce, quoi qu’entretenue avec soin par Rusard, dégageait quelque chose de résolument sinistre. En déambulant parmi les vitrines, on était instantanément saisi de vertige ou de mélancolie en prenant conscience que la grande partie des Sorciers qui avaient été décorés étaient désormais morts et enterrés. La petite Fawley était bien trop jeune pour en saisir toute la portée, mais, en pénétrant dans la pièce, était toujours saisie par le sentiment d'être insignifiante. Chez les Sorciers, plus que les tableaux animés, c'étaient les photographies qui faisaient office de "vanités". Tous ces jeunes sourires qui s'étaient depuis longtemps évanouis. "Memento mori".

Mais c'était la solitude qu'offrait la salle qu'elle était venue chercher. S'asseyant par terre entre deux vitrines, le dos calé au mur, elle ouvrit son sac pour en sortir un journal. Le journal. Elle caressa la couverture de cuir où s'inscrivaient en lettres dorées le nom de son aïeule: Rosalind Adélaïde Fawley. Elle avait retrouvé ce nom dans l'arbre généalogique des Fawley, celui d'une Sorcière qui avait vécue bien des générations auparavant.

Rosalind, la petite Serpentard de 1991, savait pertinemment qu'elle avait fait quelque chose d'absolument interdit en sortant ce livre de la bibliothèque paternelle. Si Gallus Fawley apprenait qu'elle avait dérobé le journal pour l'emporter avec elle à Poudlard... Elle n'arrivait même pas à imaginer la sanction qu'il lui réserverait. Son père parlait peu, contrairement à son oncle, si charismatique. Et au cours de son enfance, Rosalind avait appris à accorder toute l'importance nécessaire aux peu de mots qu'il lui adressait. Et il avait été on ne peut plus clair quand il avait surpris la fillette en train de fureter dans les étagères qui lui étaient défendues. L'attrapant fermement par le bras, il l'avait fait descendre de l'échelle menant aux rayonnages supérieurs et en la regardant droit dans les yeux, lui avait dit avec lenteur, comme s'il voulait s'assurer que son enfant imprime bien ces mots: "Quand tu seras plus vieille, je te montrerai ces livres. Nous les étudierons ensemble. Pour l'heure, et sa poigne s'était resserrée autour du bras de la fillette, je te défends formellement de les toucher et d'en parler à quiconque." Impressionnée, Rosalind n'avait pu qu'acquiescer. Quand elle avait voulu se dégager pour retourner à ses jeux, il ne l'avait pas lâchée et avait insisté: "C'est bien compris, Rosalind?".

-Oui, Père.

Elle lui avait obéi. Pendant un temps.

Profitant d'une soirée où le couple Fawley était parti dîner chez les Greengrass, la petite fille s'était glissée hors de son lit, et, après avoir escaladé l'échelle appuyée sur la bibliothèque, avait parcouru d'un œil avide les noms inscrits sur la tranche de ces livres si mystérieux. Et elle était tombée sur celui-ci. Rosalind Adélaïde Fawley. La tentation était trop forte. Elle avait sorti le journal, avait pris soin de camoufler le vide que son absence créait sur le rayon et avait couru se faufiler entre ses draps. En ouvrant le petit grimoire, le cœur de Rosalind battait à tout rompre.

Mais à son grand désarroi, ce dernier se révéla être vierge. Complètement vierge. Elle eut beau tourner les pages, frustrée et déçue, mais ne put y trouver ne serait-ce que la trace d'un mot. À part le nom inscrit sur la couverture et la tranche, le livre était muet.

Elle aurait pu en parler à son père, mais cela revenait à lui avouer sa désobéissance et pour rien au monde la fillette ne voulait prendre ce risque. Elle conserva donc le journal, l'ouvrant à intervalles réguliers dans l'espérance d'y voir se dessiner des mots, ou n'importe quoi d'autre, pourvu que cela rompe l'uniformité des pages blanches. Au fil du temps, le livre mystérieux devint une forme de talisman pour elle. Un de ses biens les plus précieux qu'elle avait apporté avec elle à Poudlard, dissimulée au fond de sa malle. Elle s'en séparait le moins possible, préférant le garder près d'elle autant que faire se peut. Pour l'heure, malgré quelques tentatives, aucun des Sortilèges qu'elle avait appris n'avait pu rendre lisible le journal, et ses recherches à la bibliothèque étaient restées vaines.

Rosalind ne mesurait pas l'énorme imprudence qu'elle avait commise en exhumant ce livre, faisant fi des instructions paternelles, une désobéissance qu'elle ne tarderait pas à payer au prix fort.


Codage par Lou Perkins


Mar 8 Aoû - 17:52
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t323-rosalind-fawley http://harrypotter1991.forumactif.org/t339-journal-de-rosalind-fawley http://harrypotter1991.forumactif.org/t383-rosalind-fawley
 

Salle des Trophées - Dangereuse désobéissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Salle des Trophées
» Drôle d'endroit pour passer le temps. [PV: Alyssa] [Salle des trophées]
» Salle des trophées
» Salle des trophées !
» La Salle du Feu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP1991 :: Hogwarts Castle :: Troisième étage-