AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les valeurs [Flashback Septembre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ted O. Winchester
avatar
Élève de Serpentard

Voir le profil

Les valeursQu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il vente, l'entraînement de Quidditch des Serpentard perdurait, et c'était ce qui lui plaisait. Il fallait dire qu'il avait besoin d'une certaine dureté pour pouvoir se dépenser, évoluer, et même lorsque les conditions climatiques n'étaient pas au beau fixe ce n'était pas ce qui lui dérangeait. Loin de là. Il avait alors le sentiment de retrouver dans une certaine mesure la dureté du manoir et c'était ce qu'il  cherchait jour après jour. Il fallait dire qu'ici c'était particulièrement doux, alors autant dire qu'il avait eu l'habitude des punitions de ses parents, ici ce n'était rien. Rien de plus que la caresse d'un rayon de soleil, alors qu'il avait toujours ressenti la morsure glaciale du froid semblable à des milliers de poignards tranchant  lui transperçant la peau. Effectivement, il pouvait donner l'impression qu'il était à la limite d'être masochiste, aimant la douleur, mais c'était surtout que lorsqu'on ne connaît qu'une seule manière d'avancer dans la vie, il est difficile d'en changer. Et lui c'était cette dite manière dure qu'il avait toujours connu. Déjà lorsqu'il n'était pas même encore à l'école, ses parents avaient veillés à ce que qu'il dépasse ses peurs et qu'il les affronte paradoxalement. Eux-même étaient des lâches, incapables d'assumer leurs responsabilités. Ils lui disaient toute la journée qu'en ayant peur d'une chose on lui donne de l'importance or la seule chose qui devait avoir de l'importance c'était lui. Lui et son élévation sociale. Autant dire qu'il en avait eu des corrections bien distinctes. Pouvant aller de la douleur physique à la douleur plus psychologique. Des sortilèges ou des coups pour qu'il apprenne à s'endurcir. Des privations. Et parfois juste des mots. Il fallait dire que les Winchester étaient particulièrement imaginatifs pour le pousser à se dépasser et cesser de geindre. D'ailleurs, la dernière fois qu'il avait pleuré remontait à son enfance et une correction avait suffi pour le pousser à ravaler ses larmes. Alors oui, il s'était endurci, il avait mis une carapace autour d'un coeur qui n'existait quasiment plus.  Quoi qu'il en soit, l'entraînement de Quidditch venait de s'achever et tandis qu'il se changeait, il ressentait encore la morsure du froid sur sa peau gelée de base. Une morsure qui semblait lui rappeler qu'il avait vécu bien pire et qu'il se tenait toujours debout sur son balai de Quidditch. Il était encore là, le torse bombé, le buste bien droit; et capitaine des Serpentards. Un jour heureux, un des seuls qu'il avait vécu, un réel sourire s'était dessiné sur son visage. Tic tac, le temps a passé.

Il était toujours fier d'être capitaine mais il en voulait plus, toujours plus. L'ambition s'écoulait dans ses veines aussi bien que son sang rouge vermeil qui sillonnait son corps à la recherche d'une pause. Même son corps ne voulait pas de lui. Alignant sa cravatte Verte et Argent d'un léger mouvement de phallanges, son regard se posa sur deux serdaigles, dont l'une qu'il connaissait bien depuis la fameuse soirée. Jane Calden. Jane. Il la fixa un simple instant, quelques secondes à l'affût, comme si il s'abandonnait dans ses yeux sombres. Sang de bourbe. Il esquissait un sourire hypocrite à sa venue. En face de lui, Ludwig d'Opal, un Bleu et bronze qui adorait la botanique. La seule matière que Ted détestait, la matière qu'il pratiquait avec diffidulté. Qui aimerait faire jardinier dans la vie ? Ludwig. Prolongeant calmement sa cheville en cherchant celle du Serdaigle afin de lui faire un croche-pattes, il continuait à arborer une mine froide.

- Par le caleçon de Merlin ! Tu t'es pas fait mal quand même ? Ce serait dommage d'abîmer un sang.. impur. Insistant sur le mot "impur", son regard se déplaça de nouveau vers la serdaigle. Calden, tu as un ami maintenant ? Le jeune homme fronça les sourcils. Remarque, vous partagez tous les deux la passion du sol, dit-il en pointant Ludwig de son index
© 2981 12289 0

Mer 9 Aoû - 2:48


Dernière édition par Ted O. Winchester le Ven 1 Sep - 18:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t417-ted-o-winchester http://harrypotter1991.forumactif.org/t427-ted-o-winchester-lui-lui-et-encore-lui#2900 http://harrypotter1991.forumactif.org/t449-voliere-de-ted-o-winchester En ligne
Ludwig d'Opal
avatar
Élève de Serdaigle

Voir le profil



► December 1991, Hogwarts | Park
Des valeurs
Ted O. Winchester & Jane Calden
Il faisait légèrement froid en ce jour de Décembre. Mais le froid n’était rien. Rien comparé à l’excitation qu’avait Ludwig. Une excitation, qui l’avait, à chaque fois qu’il devait se rendre aux serres. Une excitation qui faisait trépider son cœur et briller une flamme dans son regard passionné. Il adorait traverser les quelques jardins qui menaient aux grandes et majestueuses serres de l’établissement. Un paysage hivernal, dont les quelques plantes vivaces les plus robustes, pouvait survivre au froid d’un hiver britannique. Rien qu’à la vue des quelques clochettes d’un pied de bruyère pouvait lui faire dire que cette journée serait merveilleuse. Du moins, cela, c’est ce qu’il croyait. En effet, personne n’est à l’abri de perturbateurs, et notre cher élève néerlandais n’échappe pas à cette règle. Depuis son manteau grisâtre, lui portant à la fois confort et élégance, le brun se laissait prêter au magnifique spectacle qu’offrait la nature à ses yeux. Il profita de ce moment d’accalmie, et de marche lente, pour resserrer doucement son écharpe aux couleurs de sa maison respective : Une maison honorant la sagesse et la vertu, Serdaigle. Le vent soufflait légèrement contre sa chevelure à peine coiffée, tandis que son visage était marqué par la fatigue. Il avait assez mal dormi, en effet. Il avait une mine assez blasée, même si cette dernière fut une chose assez habituelle chez le brun, qui ne montrait pas souvent son sourire aux autres.
Puis, son attitude assez rêveuse se fit interrompre par une silhouette qui s’avançait d’une manière beaucoup trop dangereuse à son goût. Il sentit un énorme poids frappant contre son genou avant de trébucher au sol, sur ses coudes d’un seul coup. Il était légèrement sonné par le choc, qui fut si inattendu et rapide. Puis, il reprit ses esprits doucement avant d’entendre une voix qu’il ne connaissait que trop.

- Par le caleçon de Merlin ! Tu t'es pas fait mal quand même ? Ce serait dommage d'abîmer un sang.. impur.


Ce ton de voix et cette manière de parler, cela ne pouvait être qu’une sorte de ses créatures qu’on nommait « Serpentard ». Il ne prit même pas la tête de le regarder, avant de se relever avec une pointe de mépris dans ses mimiques. Il se trouvait de nouveau sur ses deux jambes. Essayant d’enlever la poussière qui venait de s’accumuler sur son blouson et le reste de ses vêtements, il ne répondit point de suite, laissant parler celui qui était responsable de sa chute.

- Calden, tu as un ami maintenant ?


Il soupira légèrement. Il avait presque complétement oublié la présence de lady Calden, mais oui, elle était bien à ses côtés. Ne voulant pas déclencher un combat inutile et sans intérêt, le Serdaigle essayait de se retenir de lancer une pique à ce brusque. Ayant maintenant fini de se nettoyer après sa chute, il pouvait constater qu’il avait raison. Cette cravate verte lui rappelant les écailles d’un serpent brillant dans son milieu, et cette allure plus que méprisable. Cette brute était réellement un Serpentard.

- Remarque, vous partagez tous les deux la passion du sol.


- Je te ferais bien gouter à cette passion, mais je ne suis vraiment pas du genre à jeter mes déchets au sol.

C’était la phrase de trop. Il ne pouvait plus retenir ses mots et se laisser faire ainsi face à cette chose répugnante qui ne mérite même pas d’être nommée. En plus d’être un rustre et une brute, ce stupide Serpentard avait le talent, grâce à son ton de voix, d’énerver Ludwig avec une facilité impressionnante. Seulement, Ludwig ne laisserait pas ce dernier s’imposer sans rien dire, et il compte bien lui faire comprendre.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



Mer 9 Aoû - 3:48
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t534-ludwig-d-opal http://harrypotter1991.forumactif.org/t582-ludwig-d-opal-un-bleuet-fleurissant http://harrypotter1991.forumactif.org/t589-voliere-de-ludwig-d-opal#4240
Jane Calden
avatar
Élève de Serdaigle

Voir le profil



   

   

Jane Calden
“ft. Ted Winchester & Ludwig d'Opal”

Le froid était un vrai calvaire pour Jane qui était extrêmement frileuse. C'est d'ailleurs ce dernier qui l'avait arraché à son rêve ce matin. Rêve plutôt étrange ceci dit. Elle était à la recherche d'une personne, une personne qui semblait être la plus chère à son cœur. Elle ne voyait pas son visage.  Elle lui courrait après, comme si ce personnage était sur le point de disparaître à tout jamais et qu'il fallait à tout prix éviter ça, sinon Jane en mourrait. Il était grand. C'était la seule chose qu'elle distinguait de lui dans cet endroit plongé dans la pénombre. Elle était entièrement dévouée à l'homme et chaque instant sans lui consumait son âme petit à petit. Néanmoins, quelque chose n'allait pas. Quelque chose de bien trop mauvais se dégageait de cet homme, quelque chose qui dévasterait la jeune Serdaigle à la seconde où elle le touchera. Heureusement, cette histoire s'est terminée bien avant ça.
Intriguée, elle resta un long moment dans son lit à réfléchir à ce rêve. Elle le retourna dans tout les sens, analysant le plus de détails possibles. Elle tenta de comprendre pourquoi avait-elle fait ce rêve mais surtout qui était cet homme.
Soudainement, elle se souvint de quelque chose d'absolument hors sujet : son rendez-vous avec Ludwig. Quel garçon celui-là.
Jane et lui s'étaient rapprochés grâce à leurs quelques points en communs, le principal étant leur fort désintérêt pour les gens autour d'eux.
Elle quitta son lit avec difficulté, posant ses pieds nus à même le sol. Chose qu'elle regretta amèrement en se rendant compte de la température de celui-ci. La blonde avait beau détester le froid, paradoxalement l'hiver restait tout de même sa saison favorite. A Poudlard la neige était digne du plus beau compte de fée, si blanche que même une licorne ne semblait pas si pure. C'est exactement cette vision que lui offrait la fenêtre de son dortoir. Jane se glissa dans la douche, s'efforçant d'écourter son séjour sous l'eau chaude pour ne pas être en retard. Sa garde robe était pleine à craqué de gros pulls, elle n'eut donc aucun mal à trouver son bonheur. L'écharpe aux couleurs de sa maison au cou, elle était prête pour aller aux serres. La veille, il lui avait proposé de lui montrer son jardin secret, sans mauvais jeu de mot.
Elle le trouva dans la salle commune, près du feu. Elle ne savait pas quelle heure il était, depuis quand était-il là, si il l'attendait elle ou bien s'il se réchauffait juste. Mais il était là, heureusement pour elle. Ils ne s'échangèrent pas un mot, se saluant juste du regard. Ils se mirent directement en route.
Aucun d'eux n'était bavard, et c'était sûrement ce qu'elle appréciait le plus chez lui. Son calme. Jane aimait le silence. Elle savoura du regard chaque flocon qui s'offrait à son champ de vision, chaque arbre qui décorait le lointain paysage, chaque chose qui était digne d'être considérée comme apaisante. Tellement qu'elle ne vit pas son ennemi préféré approcher. Ludwig tomba, tout s'enchaîna.

- Par le caleçon de Merlin ! Tu t'es pas fait mal quand même ? Ce serait dommage d'abîmer un sang.. impur.

Instantanément, elle s'abaissa au niveau de l'homme afin de l'aider à se redresser, en vain. Il n'avait pas besoin d'elle pour cela. Après tout, il n'était pas en sucre, cela paraissait évident. Cette chute n'annonçait qu'une seule chose : Ted Winchester était de retour.

- Calden, tu as un ami maintenant ?

Inévitable remarque de sa part, presque prévisible. Elle leva le visage en sa direction, arborant un sourire qui parlait beaucoup : elle se contenait pour ne pas le tuer.

- Pourquoi ? T'es jaloux Winchester ?

- Remarque, vous partagez tous les deux la passion du sol.

 - Je te ferais bien gouter à cette passion, mais je ne suis vraiment pas du genre à jeter mes déchets au sol.

Ludwig s'était affairé à répondre pour elle. Ce n'était sûrement pas son but, mais il l'avait fait. Jane s'empressa de se redresser afin de faire face à l'homme aux vêtements colorés de vert et d'argent. Il était plus grand qu'elle, mais peu importe.

- Dit moi, c'est quoi ton problème aujourd'hui ? T'as été battu à l'entraînement alors tu viens exprimer ta frustration ici ? Je t'avais prévenu : « j'ai plus de chance d'être une sang pure que toi de gagner. »

Pourdlard était un lieu pourtant si grand, comme ce faisait-il qu'elle terminait toujours face à lui ?

(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs:gifs hunt herbologist healer

         

Mer 9 Aoû - 7:07
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t468-jane-calden http://harrypotter1991.forumactif.org/t476-jane-calden-l-aigle-en-plein-vol#3287 http://harrypotter1991.forumactif.org/t477-voliere-de-jane-calden En ligne
Ted O. Winchester
avatar
Élève de Serpentard

Voir le profil

Les valeursLe vent froid de l’hiver venait lui fouetter les joues alors que le silence l'enlaçait. La neige recouvrait le paysage à perte de vue. Seules ses traces de pas trahissaient sa présence en ce début de matinée précoce. Habillé ainsi, personne ne pouvait se rendre compte que son coeur était balayé par les ténèbres jusqu’à la moindre parcelle. Ses doigts gantés étaient cachés par le fin cuir de dragon. Seul un oeil aguerri ou qui le connaissait pouvait voir poindre un pendentif où siégeait un serpent en argent.

- Pourquoi ? T'es jaloux Winchester ?

Ted avait des amis, du moins des collaborateurs alors non il n'était pas jaloux d'une véritable amitié. De toute façon, un coeur noir ne fait pas la différence entre vrai et faux, tous sont ses ennemis ou ses alliés. L'américain, lui, restait avec des gens utiles, qui lui apportaient des choses et non pas pour juste discuter.

- Jaloux de qui ? lacha-t-il d'un ton neutre

Dans le grand monde, son allure faisait plutôt mauvais genre auprès des bons sorciers. A Poudlard, les autres maisons le regardaient d'un mauvais oeil. Il fallait bien avouer qu'il était imposant tant par sa carrure que par sa ruse. Peu de gens le cherchaient hormis quelques suicidaires.

- Je te ferais bien gouter à cette passion, mais je ne suis vraiment pas du genre à jeter mes déchets au sol.

Ludwig en était un. Le serpentard rigolait moins après la prononciation du mot "déchet". Lui, un déchet ? Mais pour qui se prenait-il ? Ses muscles se crispèrent à l'unisson comme si il allait accomplir un meurtre. Attrapant le serdaigle par le col, il était prêt à le tabasser jusqu'à la mort. Il se ravisa au dernier moment. En effet, son impulsivité l'avait conduit à la perte de nombreux points et pour rien au monde il ne voulait perdre la coupe des quatre maisons.

Quelques secondes s'écoulèrent, au rythme de sa montre à gousset, avant qu'il ne revienne à lui. Il poussa le serdaigle loin devant lui tout en délaissant son col.

- Moi je préfère les briser avant de les jeter

Il ponctua cette phrase en lançant un regard noir aux deux serdaigles. Il finit par adoucir son visage en relâchant la pression qu'il avait effectuée sur ses sourcils pour les froncer. Ludwig était un lâche comme un autre, il le savait. Cela faisait maintenant cinq ans qu'il connaissait son caractère des plus agaçants. La violence était inutile.

- Dit moi, c'est quoi ton problème aujourd'hui ? T'as été battu à l'entraînement alors tu viens exprimer ta frustration ici ? Je t'avais prévenu : « j'ai plus de chance d'être une sang pure que toi de gagner. »

Préférant l'ignorer, il esquissa un sourire niais au possible comme si ils n'avaient aucune chance de gagner. Il le savait au fond de lui que les serdaigles se faisaient une fausse joie et une grande illusion.

- Dis moi Calden, je vais finir par croire que t'es amoureuse de moi. T'as fini de me coller ?
© 2981 12289 0

Mer 9 Aoû - 16:19


Dernière édition par Ted O. Winchester le Ven 11 Aoû - 5:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t417-ted-o-winchester http://harrypotter1991.forumactif.org/t427-ted-o-winchester-lui-lui-et-encore-lui#2900 http://harrypotter1991.forumactif.org/t449-voliere-de-ted-o-winchester En ligne
Ludwig d'Opal
avatar
Élève de Serdaigle

Voir le profil



► December 1991, Hogwarts | Park
Des valeurs
Ted O. Winchester & Jane Calden
La neige tombait tristement, se déposant doucement sur son visage, et ses joues rouges, à cause du froid. Les flocons fondirent au bout d’un millième de seconde au contact de son corps chaud. Qui fixait encore l’homme aux reflets roux dans les yeux.


- Je te ferais bien gouter à cette passion, mais je ne suis vraiment pas du genre à jeter mes déchets au sol.


Ce n’était pas trop sa journée après cette nuit difficile, et le Serpentard venait au mauvais moment. Le brun n’avait vraiment qu’une seule envie, se poser dans les serres, souffler un coup, et travailler sur différentes choses qu’il avait prévu de faire aujourd’hui. Et pour les jours à venir.
Ludwig n’aimait vraiment point s’énerver de la sorte. Il se sentait légèrement mal après que les mots soient sortis de sa bouche, mais il ne pouvait plus les tenir dans sa bouche. Mais ce sentiment de regret ne fut que bref comparé à ce sentiment qui coulait dans ses veines désormais.
Pendant quelques secondes, il se sentait brave, et plutôt fier d’avoir le courage de répondre à ce genre de brute. Ce n’était pas dans son habitude. Ludwig était plutôt connu pour être quelqu’un d’assez silencieux, et lâche dans l’école. Cependant, il devait se reprendre. Il se sentait puissant, mais ce n’était pas forcément le cas. L’homme qui se trouvait devant lui pouvait l’écraser d’un simple geste de la main.


- Moi je préfère les briser avant de les jeter.

Seulement, il n’eut à peine le temps de répondre qu’il se fit attraper par le col d’un seul coup, violemment. Sa poignée était si puissante et violente. Il ne sentait déjà plus le sol, n’ayant pas vraiment la force de résister face à ce dernier. Il se sentait étouffer par sa main, et essayait de se débattre, en vain. S’attendant à prendre un coup dans le visage, le brun eut directement le réflexe de se protéger. Seulement, il n’en était rien. En effet, après quelques secondes, il se fit jeter sur le sol enneigé, se remettant sur ses deux pieds sans aucun problème. Il se remit dans une position convenable, avec un air assez surpris. Il regardait le Serpentard en levant un sourcil, le brun remettant bien son col, et son écharpe que le roux avait violemment tirée, et déformée.


- Tu es le capitaine de Quidditch de l’équipe de Serpentard, n’est-ce-pas ? Tu devrais vraiment contrôler tes pulsions si tu ne veux pas donner un mauvais exemple aux premières années. Je ne veux pas te rabaisser, comprends-le. Mais notre sang, notre maison ou nos origines ne sont pas vraiment des raisons valables pour se montrer violent entre nous.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



Mer 9 Aoû - 17:35
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t534-ludwig-d-opal http://harrypotter1991.forumactif.org/t582-ludwig-d-opal-un-bleuet-fleurissant http://harrypotter1991.forumactif.org/t589-voliere-de-ludwig-d-opal#4240
Jane Calden
avatar
Élève de Serdaigle

Voir le profil



   

   

Jane Calden
“ft. Ted Winchester & Ludwig d'Opal”

- Jaloux de qui ?

- Que je t'ai remplacé voyons.

S'exclama-t-elle en affichant un large sourire sur ses lèvres bientôt rongées par le froid.

- Je te ferais bien goûter à cette passion, mais je ne suis vraiment pas du genre à jeter mes déchets au sol.

A cette phrase, le Serpentard perdit son sang-froid et agrippa violemment le compagnon de Jane. Spontanément, elle attrapa le poignet de Ted et y exerça autant de pression que ses mains frêles et gelées le pouvaient. Elle le regardait droit dans les yeux, espérant qu'il ne la pousse pas à sortir sa baguette. Espérant simplement qu'il parte, comme d'habitude.

- Lâche le Ted.

Puis, le silence revint. La haine se lisait dans ses yeux, cela en devenait presque apeurant. De quoi était réellement capable le serpent ? De façon parfaitement synchronisée, quand il lâcha l'homme, elle lâcha son poignet. Le miracle étant qu'il était bien trop concentré sur Ludwig pour remarquer qu'une sang-de-bourbe venait de le toucher.

- Moi je préfère les briser avant de les jeter

Elle rétorqua pas, tout le monde savait qu'il rêvait de tuer quasiment tout Poudlard. Chose que Ludwig ne compris pas, il tenta alors une approche plus douce. Pour selon qu'il ne parlait jamais, il était bien trop bavard lorsqu'il ne le fallait pas.

- Tu es le capitaine de Quidditch de l’équipe de Serpentard, n’est-ce-pas ? Tu devrais vraiment contrôler tes pulsions si tu ne veux pas donner un mauvais exemple aux premières années. Je ne veux pas te rabaisser, comprends-le. Mais notre sang, notre maison ou nos origines ne sont pas vraiment des raisons valables pour se montrer violent entre nous.

« Comme si il allait jouer au pacifiste lui aussi. » se dit-elle.

- Dis moi Calden, je vais finir par croire que t'es amoureuse de moi. T'as fini de me coller ?

- Te coller ? Moi ? C'est pas toi qui fait des croche-patte à ceux qui m'approchent trop près ?

(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs:gifs hunt herbologist healer

         

Jeu 10 Aoû - 1:38
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t468-jane-calden http://harrypotter1991.forumactif.org/t476-jane-calden-l-aigle-en-plein-vol#3287 http://harrypotter1991.forumactif.org/t477-voliere-de-jane-calden En ligne
Ted O. Winchester
avatar
Élève de Serpentard

Voir le profil

Les valeurs- Que je t'ai remplacé voyons.

Sa phrase sonnait comme une agression naturelle, elle était comme cela Calden. Passive agressive. Etait-ce la nature de tous les serdaigles d'agir de la sorte ? Cette hypothèse commençait à se confirmer à force d'intéragir avec les Bleu et bronze. Après cette mûre réflexion, l'américain s'accouda sur le muret enneigé d'un mouvement nonchalant et relativement élégant.

- Personne ne remplace Ted Winchester.

Sa phrase sonnait comme des pics de glace, ses mots pleuvaient comme des basilics ravagés par l'audace. Il se surprit lui-même à la prononciation, réalisant qu'il voulait une place dans la vie de la Serdaigle. Une place d'ennemi, soyez-en sûr. Par réflexe, il plissa ses paupières quand ses iris furent en contact avec les reflets du soleil. Son roux naturel brillait de milles feux quand les rayons du matin pointaient.

- Lâche le Ted.

Qu'est-ce qu'il s'en fichait de la parole de Calden ? Il voyait rouge à ce moment-là, à tel point qu'il était prêt à le découper en petits morceaux. Sa voix abritait une cruauté sans équivalent et il en surjouait beaucoup. Trop occupé à martyriser Ludwig, il ne voyait pas la main de la née moldue sur son poignet. Il aurait été brutal sinon, un peu trop.

- Tu es le capitaine de Quidditch de l’équipe de Serpentard, n’est-ce-pas ? Tu devrais vraiment contrôler tes pulsions si tu ne veux pas donner un mauvais exemple aux premières années. Je ne veux pas te rabaisser, comprends-le. Mais notre sang, notre maison ou nos origines ne sont pas vraiment des raisons valables pour se montrer violent entre nous.

Encore un pacifiste. Il en baillerait presque. Winchester haussa un sourcil tout en jetant quelques coups d'oeil à sa montre à gousset qui semblait être plus palpitante que son discours. Habituellement, il se montrait plutôt courtois mais ce matin le rendit particulièrement agressif, corrosif : il était fatigué. Ses cernes étaient d'ailleurs visibles.

- Bravo, belles paroles de sagesse. J'en doutais pas d'un serdaigle. Maintenant tu peux partir en pélerinage en Afrique pour sauver les nécessiteux moldus et faire valoir nos droits en Russie. A Durmstrang, ils se feront un plaisir de t'enseigner la différence entre un sang pur et.. vous.

Le jeune homme ancrait ses deux mains sur la pierre gelée afin de s'y appuyer calmement, joignant celles-ci à ses coudes déjà présents. Il axait son regard sur la bleue et bronze tout en somnolant presque.

- Te coller ? Moi ? C'est pas toi qui fait des croche-patte à ceux qui m'approchent trop près ?

Il grogna durement au son de cette phrase des plus fausses. Elle avait réussi à l'avoir à son propre jeu. Et ça, il ne l'acceptait pas.

- Parce que tu te prends pour le centre du monde maintenant ? Son ton était glacial

© 2981 12289 0

Ven 11 Aoû - 14:14

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


TED OLIVER WINCHESTER
Carnet - Volière - Répartition
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t417-ted-o-winchester http://harrypotter1991.forumactif.org/t427-ted-o-winchester-lui-lui-et-encore-lui#2900 http://harrypotter1991.forumactif.org/t449-voliere-de-ted-o-winchester En ligne
Ludwig d'Opal
avatar
Élève de Serdaigle

Voir le profil



► December 1991, Hogwarts | Park
Des valeurs
Ted O. Winchester & Jane Calden
- Bravo, belles paroles de sagesse. J'en doutais pas d'un serdaigle. Maintenant tu peux partir en pélerinage en Afrique pour sauver les nécessiteux moldus et faire valoir nos droits en Russie. A Durmstrang, ils se feront un plaisir de t'enseigner la différence entre un sang pur et.. vous.

Ludwig serrait maintenant ses poings avant de fixer le Serpentard dans les yeux. Il essayait de garder son calme, grinçant des dents à chaque son qui sortait de la bouche de l’américain. Il répondit d’un seul coup, d’un ton ferme et strict. Un ton ferme et strict qui suffisait, juste en l’entendant, à comprendre que le rouquin avait réussi à énerver le brun.

- Ne parle pas de choses que tu ne connais pas, langue de vipère.

Il remettait correctement son col avant de se mettre à passer d’un pas lent, mais autoritaire, à la droite de celui qui se mettait sur son chemin. Ses pas frappaient contre le sol enneigé dans un bruit qui ne s’entendait presque point. Il le regardait avec un regard presque hautain et méprisant.

- Tu te crois supérieur aux autres vivants car tu as un sang « pur », n’est-il pas ?

Il eut un léger rictus en pensant à ce qu’il venait de dire. Cette histoire de posséder un sang pur, ou non, le faisait bien rire. Les familles de sang-purs dans son pays étaient très rare, donc cette notion était futile et presque inexistante chez lui.

- Ton sang n’est que poudre aux yeux pour moi, et si on le met de côté, tu n’es qu’un simple porc qui profite de son rang social pour rabaisser les autres, mais quelle dignité !

Ludwig croisait maintenant ses bras avant de se diriger doucement vers les serres. Il fit un signe à la jeune demoiselle qui l’accompagnait de le suivre avec sa main droite. Cependant, son regard était toujours vers le Serpentard. Il le foudroyait presque du regard, fronçant légèrement les sourcils.

- Au passage, je t’aurais bien décerné le prix de l’homme le plus stupide et intolérant de la planète, mais, malheureusement pour toi, je suppose que ta maison doit sûrement contenir d’autres perles qui mériteraient tout autant ce titre.

Ludwig tournait maintenant sa tête dans la direction des serres avant de reprendre sa route. Il sourit légèrement, se calmant doucement. Il était à la fois fier, et assez étonné de lui-même d’avoir répondu avec une telle aisance. Il changeait, avec l’âge, il prenait confiance en lui.


- Te coller ? Moi ? C'est pas toi qui fait des croche-patte à ceux qui m'approchent trop près ?

- Parce que tu te prends pour le centre du monde maintenant ?

Il se tournait doucement vers les deux avant de rajouter une phrase d’un ton assez amusé, mais toujours avec ce côté strict et hautain dans sa voix. C’était à la fois agaçant et horriblement perturbant de l’entendre parler ainsi, lui qui était si silencieux d’habitude.

- Et ne te compares pas à ceux de Durmstrang, tu n’as rien à voir avec eux. Ils t’auraient déjà brisé en deux vu quel faible tu es. Et cette fois-là, tu ne pourras pas te plaindre à tes chers parents, comme tous les gens de ton espèce.

Il reprit sa route, d’une démarche fière. Il ne voulait plus se laisser faire par des brutes comme lui. Un nouveau Ludwig était né, et il était temps.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



Mar 15 Aoû - 0:35
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t534-ludwig-d-opal http://harrypotter1991.forumactif.org/t582-ludwig-d-opal-un-bleuet-fleurissant http://harrypotter1991.forumactif.org/t589-voliere-de-ludwig-d-opal#4240
Jane Calden
avatar
Élève de Serdaigle

Voir le profil



   

   

Jane Calden
“ft. Ted Winchester & Ludwig d'Opal”

- Parce que tu te prends pour le centre du monde maintenant ? 

Il grogna, ce qui eu le don de fortement amuser Jane. Rien n'était plus plaisant que de coincer le Serpentard.  Néanmoins elle ne le laissa pas transparaître, conservant un air las sur son visage.

- Je ne fais que constater écoutes.

Elle haussa les épaules, observant l'air enjoué de Ludwig. Quelques secondes plus tôt, il s'était éloigné en direction des serres, conviant Jane à le rejoindre d'un signe de main. Le simple temps de répondre à Ted qu'il était déjà revenu, prêt à alimenter une nouvelle fois la confrontation.

- Et ne te compares pas à ceux de Durmstrang, tu n’as rien à voir avec eux. Ils t’auraient déjà brisé en deux vu quel faible tu es. Et cette fois-là, tu ne pourras pas te plaindre à tes chers parents, comme tous les gens de ton espèce.

A cet instant précis, elle ne savait pas comment réagir. Outre le fait que Winchester allait certainement lui sauter dessus pour son arrogance, depuis quand Ludwig avait autant d'assurance ? Calden était mitigée. Le fait que son compagnon ne se laisse pas faire était un bonne chose mais, d'un autre côté, il aurait été bien plus intelligent de se taire, ils auraient eu la paix plus rapidement de cette façon.
« Bordel.. » s'indigna-t-elle intérieurement.
La bleu et bronze suivit les pas de Ludwig, toujours en direction des serres, d'une démarche peu rassurée. Il ne fallait jamais tourner le dos à son ennemi, c'est bien la pire des choses à faire.

- Ludwig Van d'Opal, dit-elle d'un ton formel si ça ne te dérange pas, j'aimerais arriver aux serres sans égratignures. C'est possible ?

Le vent se leva quelques peu, ce qui accentua la tempête de neige s'abattant déjà sur eux. La blonde râla longuement, au bord de l'agacement.

(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs:gifs hunt herbologist healer

         

Mer 30 Aoû - 4:39

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Patronus
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t468-jane-calden http://harrypotter1991.forumactif.org/t476-jane-calden-l-aigle-en-plein-vol#3287 http://harrypotter1991.forumactif.org/t477-voliere-de-jane-calden En ligne
Ted O. Winchester
avatar
Élève de Serpentard

Voir le profil

Les valeurs- Ne parle pas de choses que tu ne connais pas, langue de vipère. Tu te crois supérieur aux autres vivants car tu as un sang « pur », n’est-il pas ? Ton sang n’est que poudre aux yeux pour moi, et si on le met de côté, tu n’es qu’un simple porc qui profite de son rang social pour rabaisser les autres, mais quelle dignité ! Au passage, je t’aurais bien décerné le prix de l’homme le plus stupide et intolérant de la planète, mais, malheureusement pour toi, je suppose que ta maison doit sûrement contenir d’autres perles qui mériteraient tout autant ce titre.

Les traits de son visage se tirèrent anormalement, laissant apparaître les veines, dont le sang circulait de façon aussi violente que toutes les idées qu'il avait dans la tête. En fronçant les sourcils, il s'imaginait le briser en deux, le torturant et même le tuer. Un sortilège et le tour était bouclé. Mais non il ne le pouvait pas, il était coincé. Ted se sentait coincé. Le seul moyen qu'il avait pour riposter c'était les paroles. Pas de violence. Les points étaient trop importants, le sablier s'écoulait et sa maison était en tête. Ce serait stupide de faire ce qu'il avait fait avec Perkins.

- Tiens, tiens.. D'opal qui s'exprime. L'homme observa la réaction de l'aigle tout en commençant sa tirade. Je te préférais quand tu te taisais en attendant ta correction je dois bien l'avouer. Serrant les poings au point d'avoir les phallanges blanches, il se contenta de garder son calme. Apparemment, tu me prends pour une brute totalement stupide ? Fort heureusement pour moi, je sais garder mon calme quand il le faut. Son monologue commençait à prendre une tournure relativement étrange quand l'autre Ted reprit le dessus. L'autre, comme il l'appelait, était une entité beaucoup plus dangereuse qui n'attendait que de s'exprimer.  Ecoute.. Attends. Incohérent par-dessus le marché, sa cervelle lui jouait des tours. Anormalement silencieux, l'américain se livrait une véritable guerre. Neurones se dissociaient, cellules se tranchaient. Oui, Ted devenait quelqu'un d'autre. Littéralement. En revanche, me traiter de porc, ce n'est pas très intelligent pour un serdaigle. Décevant même. J'aurai voulu ne pas trop t'abîmer. Mais tu ne me laisses pas vraiment le choix.. Il allait sortir sa baguette quand Calden s'exprima à son tour.

- Je ne fais que constater écoutes.

Un constat qui avait le don de l'apaiser, redevenant presque un jeune homme sain d'esprit. Sauf qu'il fut interrompu par une nouvelle remarque du Serdaigle inutile. D'Opal l'insupportait, l'énervait et le rendait incroyablement dangereux pour lui mais surtout pour les autres.

- Et ne te compares pas à ceux de Durmstrang, tu n’as rien à voir avec eux. Ils t’auraient déjà brisé en deux vu quel faible tu es. Et cette fois-là, tu ne pourras pas te plaindre à tes chers parents, comme tous les gens de ton espèce.

Ses yeux sombres se posèrent sur le dos du jeune homme. Non il ne voulait pas lui faire de mal, enfin pas vraiment. Ce qu'il voulait, c'était juste se calmer mais il savait que le calme ne pouvait pas être atteint tant qu'il serait dans les parages, tant qu'il allait s'exprimer. D'ailleurs, il détailla les environs qui se trouvaient être plutôt silencieux. Pas de professeurs. Seul quelques élèves trop peureux. Il ne sortit pas sa baguette cette fois. Il avançait. D'une vitesse plus rapide que les pas enneigés des deux Bleus et bronze. L'entraînement quotidien avait porté ses fruits. Plus il s'approchait des jeunes gens, plus son sourire s'agrandissait aux extrémités de ses lèvres. Ses iris s'axèrent de plus en plus sur sa nuque, ses épaules - épaules qu'il attrapa dès qu'il se trouvait à quelques centimètres de lui.

- Je suis vraiment désolé pour ça, Ludwig. Sans lui laisser la moindre chance de parler, l'américain comme possédé, le tourna délicatement vers lui pour exécuter d'une force impressionnante un crochet du droit. Non, il ne voulait pas lui faire du mal.. Il voulait juste le faire taire. Parler de ses parents ? Très mauvaise idée. Le Serpentard ne s'arrêta pas là, activant les muscles de sa jambe pour lui envoyer des coups hasardeusement. Tu sais, c'est stupide de me contrarier. Dommage qu'après toutes ses années, tu n'aies pas encore compris. Il détourna son crâne vers Jane afin de lui adresser quelques mots. Quand tu l'emmèneras à l'infirmerie, évite de parler de moi. Je n'aime pas faire du mal aux filles. Une fois qu'il l'avait bien tourmenté, le serpent sortit un mouchoir en tissu de sa poche afin de nettoyer le sang présent sur son poing. Il quitta le parc, le pas nonchalant et désorienté, rejoignant la salle commune.
© 2981 12289 0

Ven 1 Sep - 6:18

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


TED OLIVER WINCHESTER
Carnet - Volière - Répartition
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t417-ted-o-winchester http://harrypotter1991.forumactif.org/t427-ted-o-winchester-lui-lui-et-encore-lui#2900 http://harrypotter1991.forumactif.org/t449-voliere-de-ted-o-winchester En ligne
Ludwig d'Opal
avatar
Élève de Serdaigle

Voir le profil



► December 1991, Hogwarts | Park
Des valeurs
Ted O. Winchester & Jane Calden
- Je suis vraiment désolé pour ça, Ludwig.

Il fut légèrement surpris en entendant cette phrase. Ludwig se dirigeait maintenant vers les serres en marchant lentement. Il était dos à Ted, qui lui se dirigeait en sa direction d'un pas rapide et violent. Il n'eut à peine le temps de se retourner, qu'il se fit attraper le bras par le Serpentard.

- Qu-que ?

Son coup fit un énorme bruit. C'était similaire à un fouettement, dans l'air. Ludwig se le prit en pleine joue. Il fut tellement déstabilisé par ce violent crochet du droit, qu'il finit par perdre l'équilibre. Ses genoux s'écroulèrent sur le poids de son corps. Un violent bruit de craquement se fit entendre quand ses derniers se fracassèrent sur le sol gelé de pierre. Il vint se tenir avec ses deux mains sur le sol froid, pour essayer de rester stable.

Il cracha un filet de sang, le liquide trébuchant dans la neige en quelques gouttes ambrées. Ludwig ne comprenait toujours pas ce qu'il se passait. N'ayant à peine le temps de relever ses yeux vers le visage de son agresseur, il vit la jambe de ce dernier en direction de son visage. Il saignait désormais du nez, laissant Ludwig à la merci de ses coups. Son genou venait de rencontrer le visage du néerlandais avec une certaine ardeur.

On vit alors Ludwig trébuchant de nouveau après son coup. Ses bras ne pouvaient pas tenir contre la violence de Ted. Maintenant sur le sol, son visage fit la rencontre de la neige, qui se mélangeait avec le liquide rougeâtre, directement expulsé de son visage. Il n'eut pas le temps de réagir, de nouveau, que le rouquin enchaîna avec un énorme coup de pied au niveau du bas de son ventre. En plein dans l'estomac, plus précisément.

- Tu sais, c'est stupide de me contrarier. Dommage qu'après toutes ses années, tu n'aies pas encore compris.


Il essayait de bouger, mais il ne pouvait que se laisser faire. Il n'était plus maître de la situation. Il avait trop mal, et était trop faible pour pouvoir lutter. Il rassembla toute once de courage qu'il restait dans son être pour essayer de se relever. En vain. Un dernier coup du Serpentard finit par le frapper en plein visage, au niveau de la tempe, plus exactement.

Ludwig finit par tomber de nouveau, la tête la première, contre le sol dur et glacial de ce matin de Septembre. Il ne sentait plus les membres de son corps. Il ne ressentait presque plus rien d'ailleurs. Après cette perte de sang trop importante, il finit par ne plus lutter. Le neerlandais gisait désormais dans la neige, inconscient.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



Ven 8 Sep - 17:56

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _



The earth laughs in flowers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter1991.forumactif.org/t534-ludwig-d-opal http://harrypotter1991.forumactif.org/t582-ludwig-d-opal-un-bleuet-fleurissant http://harrypotter1991.forumactif.org/t589-voliere-de-ludwig-d-opal#4240
Contenu sponsorisé

Voir le profil


Revenir en haut Aller en bas
 

Les valeurs [Flashback Septembre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» Faut-il fêter le 30 septembre ?
» 11 SEPTEMBRE AUGUSTO PINOCHET OU RAROUL CEDRAS ?
» a propos du 11 septembre 2001

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP1991 :: Hogwarts Domain :: Parc de Poudlard-