AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

  
Aucune
Sang : Mêlé Âge : 15 ans
Statut : Élève
Gringotts : Compte
Placement en bourse
Année : Cinquième
Option #1 : Soins aux Créatures Magiques
Option #2 : Arithmancie
Baguette : Bois de saule - Os de sombral - 22cm - Souple
Animal/ux de compagnie : Chat miniature de couleur noire avec les pattes et le contour des yeux blancs - Nommé "Inouk"
RPG en cours : RP OFFICIELS & COURS
- Raisins de couleuvre (Cours de botanique)
- Bal de la St Valentin (Grande salle)
- Cours n°1-Cinquième année (Cours de SACM)


RP LIBRES
-Une aventure à chaque page (Parc)
- Lèche vitrine et conseils avisés (Pré-Au-Lard)
- Délit de faciès (Bibliothèque)
- Promenade matinale (Parc)
- Une échappatoire à la bibliothèque (Ministère)


RP EN PRIVE
- Le temps a ses raisons que la raison ignore (Salle commune)
- Une péripétie de malade (Hôpital)
- La boite noire à torturer les méninges (Bibliothèque)
- Une bien sombre ruelle (Pré-au-Lard)
- Entretien d'embauche


Divers : Date d'anniversaire : 19 avril
Etat-civil : Célibataire
Passions : les créatures magiques - la voltige équestre - la gestion d'entreprise
Devise : Eviter les serpentard et les indésirables
Avatar : Jesse McCartney
Points : 0

avatar
Tokyo ParkerPoufsouffle - Préfet
MessageLa boite noire à torturer les méninges - Jeu 26 Oct - 4:29
La boite noire à torturer les méninges
Aussi muette qu'une carpe, je la tournais dans tous les sens pour en comprendre les rouages
Happé par une vague d'inquiétude depuis quelques temps, Tokyo ne dormait plus la nuit. Il ruminait inlassablement, se tordait de droite à gauche jusqu'à ce que la fatigue ait eu raison de lui. Il se sentait faible, fragile et fiévreux. Des frissons lui parcouraient le corps même lorsque la température avoisinée les 23°.

Depuis qu'il avait reçu cette première missive anonyme, il s'en mordait les doigts. Dans le fond, il espérait qu'il ne s'agissait que d'une blague de très mauvais goût, mais il ne voyait pas comment cette solution était envisageable. La lettre fournissait des indications que lui seul connaissait à Poudlard. Isolé, il n'avait personne à qui en parler et s'évadait encore plus profondément dans les méandres de son esprit ravagé par le flux de ses amères et sempiternelles pensées. Ce message avait été un élément supplémentaire, mais surtout, le fautif à ses absences répétées en cours. Il n'osait pas en parler, il éprouvait une honte, une souillure qui venait un peu plus entacher les tourments de sa triste vie. Et si ces mots écrits à l'encre noire sur le parchemin n'étaient que le fruit de son imagination, s'il pouvait les ignorer, les oublier. Tokyo n'avait pas pu se résigner à détruire la lettre, il l'avait gardée et soigneusement rangée sous son matelas, il priait pour se réveiller de ce cauchemars sans fin. Comme-ci la mort de ses parents n'avait pas suffit à le détruire, voilà qu'une sorcière anonyme avait décidé de l'achever, de l'anéantir à petit feu.

Il n'avait pas versé une larme, non ce n'était pas son genre. En revanche, il avait tourné et observé l'objet joint au parchemin. Il s'agissait d'un bidule noir, carré, plat, avec des éléments en fer. Quand il le secouait, des petits "clics" mystérieux faisaient échos. Tokyo avait essayé tous les sorts inimaginables pour percer les secrets de la "boite". Rien, absolument rien ne se produisait. Il en était venu au fait qu'il s'agissait peut-être d'une invention moldue et s'était décidé à arpenter tous les étals de la bibliothèque afin de connaître le contenant du bibelot. Il pourrait y passer des jours et des nuits s'il il le fallait, mais il ne lâcherait pas l'affaire. Si c'était ce qu'attendait cette faiseuse de trouble, qu'il perde un temps infini à comprendre pourquoi, elle avait décidé, seulement maintenant, de lui balancer cette révélation, alors il le ferait.

Le jaune et noir feuilletait un à un les livres des étals destinés à l'étude des moldus. Après avoir passé en revue tous les ouvrages sur la mécanique, il en venait maintenant à "l'électonique", ou un machin dans le genre. Il n'était cependant pas seul, une jeune fille d'environ son âge, semblait plongée dans un livre. Celle-ci tournait quelques pages et soudain, il l'aperçut ! Oui, l'objet en question abordait une page du bouquin. Il s'agissait du même au détail près. Le poufssouffle, plutôt réservé en temps normal, s'approcha de la jeune femme. Il ne lui avait jamais parlée, mais il la connaissait très bien de réputation. Celle-ci s'appelait Hestia et n'était pas des plus agréables. Si Tokyo n'avait pas été aussi stressé et exténué, il aurait sûrement patiemment attendu que la serdaigle repose le livre, ou bien, il aurait noté les références pour le consulter plus tard. Cependant, il craignait qu'elle ne l'emprunte pour un temps indéfini et il ne pouvait attendre aussi longtemps..

- Heu.. Se hasarda-t-il afin de tester le terrain. Excuse-moi, mais... est-ce que je peux t'emprunter ce livre ? Je n'en ai pas pour très longtemps...

Le ton du garçon était doux, posé comme à l'accoutumé, mais on pouvait clairement y entendre un ou deux soupçons d'inquiétude.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageRe: La boite noire à torturer les méninges - Jeu 26 Oct - 16:13



J'avais un devoirs à rendre pour mon cours d'étude des moldus, ou plutôt un exposé à préparer. C'était un exercice que je détestais. La préparation en elle-même ne me dérangeait pas, mais m'exhiber ainsi à ma classe était autre chose. Quel était donc l'intérêt de se mettre en scène de la sorte ? Faire un joli numéro pour les impressionner ? Épater la galerie ? Cela n'avait aucun sens. Le contenu de mes recherches ne variait pas entre l'oral et l'écrit, si ce n'est que je perdais tout le côté synthétique en parlant. J'avais absolument horreur de ça.

Je devais présenter un objet électronique moldu. Encore fallait-il saisir jusqu'où s'épanchait cette technologie pour eux. C'était complexe et vaste, mais nous avions commencé à l'étudier. Il ne nous restait qu'à trouver ce sur quoi nous voulions travailler. N'ayant absolument aucune inspiration sur le sujet que je prendrais, j’étais allé faire quelques recherches à la bibliothèque. Leurs rayonnages étaient bien fournis, une véritable mine de savoir. J'affectionnais le silence qui y régnait. C'était un lieu dans lequel je pouvais me rendre quand la stupidité de mes congénères m’insupportai. Le calme qui y régnait était exemplaire et je m'y réfugiais fréquemment. Entre ma solitude et les livres, j'étais apaisée. Je pouvais me perdre dans les pages, me laisser happer par les lignes, m'oublier dans les mots. Le monde autour disparaissait pour m'abandonner à mes contes.

L'ouvrage que je cherchais était là, bien à sa place ; un annuaire de quelques objets et leurs fiches détaillées. J'y trouverais probablement ce que je recherchais. Confortablement, je m'installais et lisais avec attention tout ce qui m'étais proposé. J'étais plongée entre toutes ces phrases explicatives quand on m’interrompis.

"- Heu.. Excuse-moi, mais... est-ce que je peux t'emprunter ce livre ? Je n'en ai pas pour très longtemps ...

L'impatience. Encore un vice ancré en nos nous dont la plupart ne parvenait à se détacher. Attendre. Un terme que bien trop ne connaissait pas, ou ne voulait pas connaître. Non, c'était trop horrible de patienter quelques instants, se trouver une autre occupation. Il fallait s'activer, bouger, s'agiter en tous sens de risque de laisser s'échapper quelques précieuses minutes, sans s'apercevoir que, peut importe ce qu'ils faisaient, le temps filait sans les attendre. Il s'évadait, se faufilant sans problème entre les barrières qu'on tentait de lui imposer. Toujours dans la même mesure, la même unité, de la même manière. Sans que l'on puisse rien y faire.

Je ne le connaissais pas mais pouvais constater sans grand effort qu'il était comme tous les autres. Ils me faisaient de la peine, lui et son exécrable banalité. Comme tous les autres élèves, professeurs, ou même ces fantômes qui s'attachait à la vie alors même qu'on la leur avait enfin retirée. Je ne pouvais concevoir que l'on s'accroche de cette manière à ce monde inutile. Pourquoi vouloir continuer à exister alors que l'on obtenait enfin une certaine paix ? Cela me dépassait.

- - Bien sûr. Tu pourras l'utiliser dès que j'aurais terminé."

Si je m'étais tourné vers lui pour l'observer en lui parlant, fixant ses pupilles, j'étais revenue à mon travail aussitôt que je m'étais tue.



Revenir en haut Aller en bas
Aucune
Sang : Mêlé Âge : 15 ans
Statut : Élève
Gringotts : Compte
Placement en bourse
Année : Cinquième
Option #1 : Soins aux Créatures Magiques
Option #2 : Arithmancie
Baguette : Bois de saule - Os de sombral - 22cm - Souple
Animal/ux de compagnie : Chat miniature de couleur noire avec les pattes et le contour des yeux blancs - Nommé "Inouk"
RPG en cours : RP OFFICIELS & COURS
- Raisins de couleuvre (Cours de botanique)
- Bal de la St Valentin (Grande salle)
- Cours n°1-Cinquième année (Cours de SACM)


RP LIBRES
-Une aventure à chaque page (Parc)
- Lèche vitrine et conseils avisés (Pré-Au-Lard)
- Délit de faciès (Bibliothèque)
- Promenade matinale (Parc)
- Une échappatoire à la bibliothèque (Ministère)


RP EN PRIVE
- Le temps a ses raisons que la raison ignore (Salle commune)
- Une péripétie de malade (Hôpital)
- La boite noire à torturer les méninges (Bibliothèque)
- Une bien sombre ruelle (Pré-au-Lard)
- Entretien d'embauche


Divers : Date d'anniversaire : 19 avril
Etat-civil : Célibataire
Passions : les créatures magiques - la voltige équestre - la gestion d'entreprise
Devise : Eviter les serpentard et les indésirables
Avatar : Jesse McCartney
Points : 0

avatar
Tokyo ParkerPoufsouffle - Préfet
MessageRe: La boite noire à torturer les méninges - Ven 27 Oct - 1:57
La boite noire à torturer les méninges
Aussi muette qu'une carpe, je la tournais dans tous les sens pour en comprendre les rouages


Le garçon ne s'attendait pas à un élan de gentillesse insensé de la part de la sorcière. Il en avait suffisamment entendu parler pour savoir qu'elle ne prendrait peut-être même pas la peine de lui répondre. Néanmoins, il fut surpris que celle-ci n'avait pas opté pour cette possibilité.

- "Bien sûr. Tu pourras l'utiliser dès que j'aurais terminé."

Le jaune et noir analysa chacun des mots de la serdaigle. Son "bien sûr", laissait entrevoir l'espoir de pouvoir caresser la possibilité qu'elle lui laisserait le bouquin. Cependant, "dès que j'aurais terminé" supposait qu'elle allait peut-être prendre son temps et qui sait, partirait avec pour l'emprunter. Non, cette situation n'était pas envisageable. Il en avait absolument besoin, il devait percer le secret de cette boite noire qui était en partie à l'origine de ses innombrables nuits blanches.

Malgré tout, Tokyo n'était pas d'un naturel insistant. Il était plutôt monotone, absent ou un tant soit peu désintéressé par le monde qui l'entourait. Il fit la moue et resta silencieux un moment, observant la jeune fille. Il avait la possibilité de lui piquer le bouquin, mais la bibliothèque n'était le lieu le plus approprié pour une course poursuite. Il décida de jouer l'indifférence au ton désagréable de la voix d'Hestia et de se montrer patient. Il hocha la tête.

- Ok ! je vais attendre à la table qui est juste-là !

Le poufssouffle montra d'un rapide signe de main le dit endroit où il allait sagement attendre avant d'aller s'y asseoir. Il n'avait pas besoin d'une occupation particulière, son esprit ne le laisserait pas tranquille. Il sortit l'objet de sa poche et le manipulait de gauche à droite dans l'espoir de trouver un indice qui lui aurait échappé jusqu'à présent. Tout en scrutant l'origine de son trouble, il jetait des coups d'œil particulièrement fréquents en direction de la serdaigle dans le but de surveiller ses moindres faits et gestes. Son regard était plus indéchiffrable qu'à accoutumé, mais on ne pouvait pas rater sa nette nervosité. Il ne tenait pas en place sur sa chaise et changeait de position presque toutes les dix secondes. Il agitait le bas de son corps comme-ci il était atteint du syndrome des jambes sans repos. Sa patience habituelle perdait de son intensité à chaque minute.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageRe: La boite noire à torturer les méninges - Ven 27 Oct - 22:27



Je fus agréablement surprise de constater que le garçon n'insista pas. Mes congénères m'avaient habituée à autre chose, réessayer comme des forcenés pour obtenir ce qu'ils voulaient, même en étant conscients qu'ils ne pourraient l'avoir. Ou peut-être le niaient-ils, peut importe, c'était tout aussi ridicule. Le fantôme d'une victoire rêvé leur murmurait que leurs efforts n'étaient pas vains. Pourtant, c'était le cas sur ma personne. J'ignorais leurs tentatives désespérées qui ne m'importait pas. Seule leur présence me dérangeait, alors je la fuyais.

"- Ok ! je vais attendre à la table qui est juste-là !

Dès lors, j'arrêtai de le considérer pour me replonger dans ma lecture. Aucun de ces objets ne m'intriguait vraiment. Ils étaient tous trop fades, dénués du moindre intérêt. J'avais besoin de palper leur matière et constater de comment les utiliser pour pouvoir juger ce qu'ils étaient.

Finalement, le sorcier n'avait pas complétement accepté ma décision. Pensait-il que j'avais besoin de sentir le poids de sa présence pour me dépêcher, que je me penserais obligé de lui léguer au plus vite mon bien ? Si c'était le cas, il se trompait. Cela n'influencerait en rien mon comportement. Il n'avait pas l'air de comprendre que "quand j'aurais fini" voulait dire "il me faudra quelques jours pour faire mon devoirs".

Même s'ils semblait ne pas savoir l'utiliser convenablement, j'allais l'empêcher de perdre plus de temps en me levant et emprunter l'ouvrage directement. Ainsi il verrait que patienter de la sorte était inutile. Ce n'était qu'une conséquence de mon acte, mais cela nous serait à tous deux favorables. Alors que je me tournais, j'apercevais un étrange boitier noir qu'il manipulait. Je l'avais déjà vu quelque part, j'en étais certaine. Cela venait du monde des moldus. Ce serait absolument parfait pour mon exposé.

- Qu'est-ce ? Lui demandais-je d'une voix froide."

Dans un même temps, j'avançais la main pour qu'il me lègue cette chose mystérieuse afin que je puisse l'étudier.



Revenir en haut Aller en bas
Aucune
Sang : Mêlé Âge : 15 ans
Statut : Élève
Gringotts : Compte
Placement en bourse
Année : Cinquième
Option #1 : Soins aux Créatures Magiques
Option #2 : Arithmancie
Baguette : Bois de saule - Os de sombral - 22cm - Souple
Animal/ux de compagnie : Chat miniature de couleur noire avec les pattes et le contour des yeux blancs - Nommé "Inouk"
RPG en cours : RP OFFICIELS & COURS
- Raisins de couleuvre (Cours de botanique)
- Bal de la St Valentin (Grande salle)
- Cours n°1-Cinquième année (Cours de SACM)


RP LIBRES
-Une aventure à chaque page (Parc)
- Lèche vitrine et conseils avisés (Pré-Au-Lard)
- Délit de faciès (Bibliothèque)
- Promenade matinale (Parc)
- Une échappatoire à la bibliothèque (Ministère)


RP EN PRIVE
- Le temps a ses raisons que la raison ignore (Salle commune)
- Une péripétie de malade (Hôpital)
- La boite noire à torturer les méninges (Bibliothèque)
- Une bien sombre ruelle (Pré-au-Lard)
- Entretien d'embauche


Divers : Date d'anniversaire : 19 avril
Etat-civil : Célibataire
Passions : les créatures magiques - la voltige équestre - la gestion d'entreprise
Devise : Eviter les serpentard et les indésirables
Avatar : Jesse McCartney
Points : 0

avatar
Tokyo ParkerPoufsouffle - Préfet
MessageRe: La boite noire à torturer les méninges - Dim 29 Oct - 2:50
La boite noire à torturer les méninges
Aussi muette qu'une carpe, je la tournais dans tous les sens pour en comprendre les rouages


Le temps se faisait atrocement long, Tokyo s'impatientait et il détestait ça. Où s'était échappée sa patience habituelle ? Envolée, lointaine... Les cernes sous les yeux et son cerveau ramollit par le manque de sommeil n'était pas en état de réflexion. Le sorcier souhaitait que tout ça se finisse et ouvrir cette boite noire était pour le moment la meilleure option pour arrêter de se torturer les méninges.

Hestia s'était replongée dans sa lecture un moment. Trop longtemps au goût du jaune et noir. Il savait que son comportement n'était pas le plus approprié pour obtenir gain de cause, mais sa nervosité était trop intense. Puis, alors que la serdaigle se retourna, elle s'approcha dans sa direction "Qu'est-ce ?" furent les mots qu'elle lui lança. Son ton était froid, néanmoins le poufssouffle ne s'en formalisait pas. Il lui arrivait lui-même de parler d'une voix désintéressée qui pouvait paraître aigre aux yeux de certains. Il réagit rapidement à la question d'Hestia avec le même ton posé habituel. Chose plutôt exceptionnelle malgré la tension artérielle qu'il subissait à l'heure actuelle.

- Je l'ignore, mais le livre que tu as entre tes mains, lui, le sait. J'ai aperçu une représentation de cette chose sur une des pages...

Le sorcier, bien qu'hésitant, plissa les yeux dans la direction de la main tendue de la Serdaigle. Il se tâtait à aller plus loin dans ses explications et à lui transmettre la boite noire. Cependant, il ne percevait pas la jeune sorcière comme une potentielle ennemie ni comme une personne pouvant lui faire du tort. Au contraire, celle-ci errait souvent seule, indépendante avec un air un poil je m'en foutiste sur les bords. Dans tous les cas, il préférait amplement ce genre de personnage aux filles banales qui se promenaient toujours accompagnées et dont la principale occupation consistait à écouter et à propager des ragots en tout genre. Pour lui, Hestia n'était pas une menace quand bien-même elle pouvait se montrer froide ou désagréable. Il essaya de lui expliquer succinctement l'importance qu'il portait à l'objet.

- Je dois absolument savoir ce que truc cache même si je m'doute que c'n'est pas ton problème et que tu t'en fiches peut-être éperdument. Je le conçois très bien, mais pour moi, c'est important ! Quelqu'un me l'a envoyé et je suis certain que ce bidule comporte des données qui me sont capitales !

D'un geste lent, tout en continuant de plisser les yeux d'un air suspicieux, il lui remit l'objet. Le jaune et noir devait lui faire confiance. Peut-être que celle-ci s'y connaissait et pourrait lui fournir des renseignements intéressants.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageRe: La boite noire à torturer les méninges - Mar 31 Oct - 2:31



Le sorcier réagi presque immédiatement à ma demande. Il ne me donna pas le mystérieux objet, mais me répondit tout de même. Son refus d'obtempérer m’excéda, mais j'écoutais tout de même les mots qu'il prononçait. Cela pouvait rester intéressant, avec un peu – beaucoup – de chance …

" - Je l'ignore, mais le livre que tu as entre tes mains, lui, le sait. J'ai aperçu une représentation de cette chose sur une des pages ...

Ce que l'on avançait … Bien sûr que l'ouvrage que je tenais l'évoquais, et je le savais. Lui même insistait sur le fait que je l''avais en ma possession et que je l'avais parcouru. S'il faisait preuve d'un minium d'esprit, il pouvait vite faire le lien ; je savais lire, et encore plus surprenant, reconnaître une illustration. Aussi étonnant cela pouvait-il paraître, ma vision fonctionnait parfaitement.

Le garçon était flasque. Il parlait sans que cela ai le moindre intérêt, juste pour ne pas agir. Je n'allais pas le laisser me faire perdre mon temps de la sorte.

- Bon très bien, tu me le donnes pour que je l'observes ? Lui demandais-je d'une voix impatientée.

Enfin, il me laissa le boîtier. Il avait mis bien trop longtemps à sa décider, mais je pouvais enfin sentir la matière sous mes doigts. Elle semblait assez creuse, était peu lourde mais extrêmement rigide. Je voulais la démonter pour en inspecter tous les rouages, mais il fallait tout d'abord que j'en apprenne plus sur son fonctionnement avant de risquer de la détruire.

- Je dois absolument savoir ce que truc cache même si je m'doute que c'n'est pas ton problème et que tu t'en fiches peut-être éperdument. Je le conçois très bien, mais pour moi, c'est important ! Quelqu'un me l'a envoyé et je suis certain que ce bidule comporte des données qui me sont capitales !

Dire que cela m'était égal aurait été minimisé la chose. J'étais franche, l'impact que mes mots pouvaient avoir sur les autres ne me touchait pas, et je ne me retenais pas pour le lui dire.

- Je m'en fiche. Peut-importe ce que cela représente pour toi, ça ne change rien. "

Je tournais les pages en quête de réponses. Une, deux, trois, cinq, dix, sans trouver. Enfin, je trouvais. Quatre-vingt seize. Je n'imaginais même pas le feuillet si épais avant de véritablement l'étudier. Il paraissait fin, mais il n'en était rien. C'était seulement qu'il semblait assez récent, il n'était pas bombé par l'usure.

Sans le lâcher, j'avançais la fiche explicative vers mon compagnon de recherches. Il avait plus d'informations, il ne pouvait que mieux trouver ce qui pourrait leur être utile.



Revenir en haut Aller en bas
Aucune
Sang : Mêlé Âge : 15 ans
Statut : Élève
Gringotts : Compte
Placement en bourse
Année : Cinquième
Option #1 : Soins aux Créatures Magiques
Option #2 : Arithmancie
Baguette : Bois de saule - Os de sombral - 22cm - Souple
Animal/ux de compagnie : Chat miniature de couleur noire avec les pattes et le contour des yeux blancs - Nommé "Inouk"
RPG en cours : RP OFFICIELS & COURS
- Raisins de couleuvre (Cours de botanique)
- Bal de la St Valentin (Grande salle)
- Cours n°1-Cinquième année (Cours de SACM)


RP LIBRES
-Une aventure à chaque page (Parc)
- Lèche vitrine et conseils avisés (Pré-Au-Lard)
- Délit de faciès (Bibliothèque)
- Promenade matinale (Parc)
- Une échappatoire à la bibliothèque (Ministère)


RP EN PRIVE
- Le temps a ses raisons que la raison ignore (Salle commune)
- Une péripétie de malade (Hôpital)
- La boite noire à torturer les méninges (Bibliothèque)
- Une bien sombre ruelle (Pré-au-Lard)
- Entretien d'embauche


Divers : Date d'anniversaire : 19 avril
Etat-civil : Célibataire
Passions : les créatures magiques - la voltige équestre - la gestion d'entreprise
Devise : Eviter les serpentard et les indésirables
Avatar : Jesse McCartney
Points : 0

avatar
Tokyo ParkerPoufsouffle - Préfet
MessageRe: La boite noire à torturer les méninges - Ven 3 Nov - 2:00
La boite noire à torturer les méninges
Aussi muette qu'une carpe, je la tournais dans tous les sens pour en comprendre les rouages


Alors que Tokyo tendit l'objet à Hestia, celle-ci lui signala, sans autre mesure, qu'elle se fichait bien de ce que le bibelot pouvait représenter à ses yeux. Aussi paradoxal que ça pouvait être, il était indifférent que la bleue soit totalement indolente à l'attachement qu'il portait à la chose. Du moment que celle-ci ne s'envolait pas avec en le laissant face au vide qu'elle aurait pu créer, la situation lui convenait. Peut-être même qu'elle pourrait lui fournir des renseignements capitaux.

Le jaune et noir l'observa tourner les pages. Elle avait l'air de savoir où chercher. Son stress le quitta un dixième de seconde comme-ci la recherche active de la jeune fille l'apaisait, comme-ci il croyait, ou du moins espérait, que cette dernière trouverait l'information essentielle qui lui permettrait de percer le terrible secret de la boite noire.

Quelque part, il craignait de découvrir les éventuelles preuves quant à la révélation qu'il avait eue, mais il savait pertinemment qu'il ne supporterait pas de rester dans le doute. Hestia amena alors le livre, sans le lâcher, près de lui pour lui présenter le texte explicatif. Tokyo lut les informations rapidement. Elles étaient nombreuses et assez complexes à comprendre. Malgré tout, le jeune sorcier aperçut une brève définition de l'engin.

Disquette
Il s'agit d'un support de stockage de données informatiques amovible. Il permet de stocker des microprogrammes. C'est un Outil d'invention moldue qui recueille et lit des informations sous format dit "informatique". La disquette doit s'insérer dans la centrale d'un ordinateur afin de pouvoir être ouverte via la machine électronique. Les données que l'objet peut contenir sont appelés "fichiers" et peuvent être des textes, des images, des photographies ou des vidéos.

La définition simplifiée ne lui était pas d'un grand secours. Il ne comprenait pas la moitié des mots utilisés. A ce moment-là, il se dit qu'il allait devoir encore effectuer des recherches approfondies pour mieux comprendre comment il ouvrirait la disquette. Il observa à nouveau Hestia. Avait-elle compris ? Provenait-elle du monde des moldus et pouvait-elle lui apporter les éléments de réponses qu'il ne parvenait pas à décoder ? Si elle était née de sorciers alors il devrait passer un peu plus de temps sur la question. Néanmoins, il avait espoir qu'elle soit plus intelligente que lui. Ca ne pouvait qu'être le cas de toute évidence. Un serdaigle, en général c'est brillant. Il suffisait de faire le listing des aigles de son année pour comprendre qu'ils excellaient dans ce qu'ils entreprenaient.

- Merci ! Tu sais ce que c'est un ordinateur ? Tenta-t-il en espérant qu'elle lui fournirait un détail important.

Disquette de Tokyo:
 





© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageRe: La boite noire à torturer les méninges -
Revenir en haut Aller en bas
 
La boite noire à torturer les méninges
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire
» Waaagh du boss ouvr'boite
» Femelle croisée caniche noire de qq mois à LL
» Dans la nuit noire (Pollo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP1991 :: Poubelle & Tasse de thé :: La fin des histoires :: RPG Abandonnés-
Sauter vers: